Oratoire d’Autriche, en l’honneur de la Sainte Trinité

Le sanctuaire Maria Dreieichen (les trois chênes) en Basse Autriche (70 km au nord de Vienne)

Ste_Trinite_web.jpg

Depuis 700 ans environ les Moraves, allant à Mariazell, passaient en cet endroit. Ils y ont découvert il y a 350 ans, qu’on avait placé une image de la Mère de Dieu dans trois chênes et ils faisaient depuis, toujours halte à Maria Dreieichen. A partir de la chute du mur, fin 89, ils ont commencé à revenir: les pèlerins qui vont à Mariazell y font une halte et d’autres viennent à Maria Dreieichen autour du 22 août et à la Pentecôte depuis la Moravie. Il y a, bien sûr, aussi différents pèlerinages Autrichiens qui se déroulent dans ce sanctuaire de la Basse Autriche.

925_web.jpg

Voici le compte-rendu par Jacqueline Picoche, suivi de l’allocution de notre président, Robert Mestelan:

La 26e implantation eut lieu en Autriche, à Dreieichen, en l’honneur de la sainte Vierge, grande médiatrice de toutes nos prières et de la Sainte Trinité à qui elle les transmet

1382_web.jpg 1391_web.jpg 1394_web.jpg

A vrai dire, il ne s’agissait pas d’une création ex nihilo, mais d’une très belle croix de pierre du XVIIIe s.,

922_web.jpg

menacée dans son existence par des travaux de voirie, que l’association contribua à restaurer et à déplacer. Nous arrivâmes un peu en retard, au bout d’un chemin de terre,

1386_web.jpg

au lieu où nous étions attendus par l’orphéon du village et par un Suisse parfaitement bilingue français-allemand, son Excellence Peter Stephan Zurbriggen en personne, qui est nonce apostolique, autrement dit ambassadeur du pape, en Autriche! C’était à l’orée d’un bois, sous de grands arbres, avec une échappée sur un champ d’orge encore vert, et une campagne de douces collines, au bord d’un sentier de randonnée emprunté par les pèlerins Moraves, se rendant à Maria Dreieichen. Il faisait beau. Assis sur des bancs à l’ombre, nous contemplions cette belle croix : de bas en haut : des fleurs, arrangées en bleu, blanc, rouge, en notre honneur. Puis, de part et d’autre du pied de la croix, deux bas reliefs représentant les âmes du purgatoire. Un peu plus haut, la Vierge avec sous ses pieds le globe et le serpent et tout en haut, la Sainte Trinité. Le nonce transmit à l’Association la bénédiction du Saint Père, ce qui était une reconnaissance officielle de l’action menée pendant une dizaine d’année par les Mestelan, grande satisfaction et grand encouragement pour eux!

929_web.jpg

« Après la Slovaquie où nous étions rassemblés avant-hier à Nitra pour bénir l’oratoire Sts Cyrille et Méthode, nous sommes particulièrement heureux et honorés d’être aujourd’hui au sanctuaire de la Mère des Douleurs en Autriche.

Je tiens à remercier toutes les personnes présentes et plus particulièrement celles qui ont permis la réalisation de cet oratoire, le déplacement et la rénovation de cette stèle sur le chemin de pèlerinage de Maria Dreieichen : Pater Robert Bösner, M. le Déchant Ambros Pammer, leur Père Abbé, M. le Comte Hoyos. MERCI de tout cœur.

Cette stèle qui est le 25ème oratoire à être élevé, sur la route de l’Europe chrétienne, est une colonne élevée à la gloire de la Sainte Trinité. Ceci me semble particulièrement important et grave au moment où le relativisme, la floraison des sectes et la pénétration de l’Islam, mettent en danger l’aspect trinitaire de notre foi et sa diffusion dans les âmes.

932_web.jpg

Comme un phare dans la nuit, l’oratoire a la mission de guider ceux qui cherchent la Vérité, le Chemin, la Vie. Il accueillera les pèlerins venant de Moravie et les pèlerins d’Autriche. Il accueillera tous ceux qui chercheront en Marie aide et perpétuel secours. Il accueillera tous ceux qui désespérant, cherchent Dieu.

La vénérable chapelle qui date de 1733 sera heureuse de les rassembler tous. Les historiens avancent le chiffre de 50 000 pour désigner le nombre des pèlerins qui utilisaient autrefois chaque année ce chemin. Aujourd’hui, nous en sommes encore loin, mais leur nombre ne cesse d’augmenter et prier avec ses pieds, c’est une nouvelle façon d’exprimer et de communiquer sa foi qui peut devenir contagieuse.

Alors, comme le Pape François nous y invite aujourd’hui, n’ayons plus peur d’être révolutionnaires. En invoquant l’aide de la Sainte Vierge, soyons des bâtisseurs d’église et semons sur les chemins d’Europe ces balises d’espérance que le monde attend avec tant d’impatience :
« La source de notre force, c’est Jésus, Notre Sauveur. » »

934_web.jpg 936_web.jpg 940_web.jpg

946_web.jpg 967_web.jpg 968_web.jpg

Puis il nous dit la messe dans la belle église baroque du village, et, après un pot sympathique offert par les paroissiens,

972_web.jpg 974_web.jpg

nous fit l’honneur de partager notre diner, où il se révéla homme du monde, bon causeur, distillateur d’innocentes anecdotes vaticanes, bref un vrai diplomate à la mode d’autrefois. Et notre Wiener Schnitzel ne fut pas, ce soir-là, arrosée de notre bière habituelle, mais d’un vin local, ma foi, très bon !

982_web.jpg 2013_07_RCE_5_232_web.jpg