Dernier chapitre – Epilogue

Partis le 15 avril de la fontaine Saint Michel à Paris, nous avions pour ambition de refaire le parcours terrestre de Saint Colomban et de faire connaître sa vie toute consacrée à l’évangélisation de l’Europe.

pelerinage_Saint_Colomban_suite_II_206_web.jpg

Guidés par son exemple, Saint Colomban nous a appris qu’il fallait garder les yeux fixés sur la croix du Christ et que notre seul but en ce monde était de l’aimer et de l’imiter. La Providence nous a donc chaque jour apporté sa Présence et nous avons relié la mer d’Irlande à l’Adriatique en 155 jours dans une grande félicité.

Il aurait fallu pour être conséquent, s’arrêter à Bobbio, là où notre grand missionnaire Européen est mort le 23 novembre 615 : il repose dans la crypte grandiose du monastère de Bobbio, où, les larmes aux yeux, nous avons pu le vénérer.

pelerinage_Saint_Colomban_suite_II_208_web.jpg

Mais Claudia, dès le départ, avait suggéré que si nous arrivions sains et saufs à Bobbio, il conviendrait de rendre grâce et de remercier Notre Dame en nous rendant dans sa Sainte Maison à Lorette.

St_Colomban_361_web.jpg

Ce fut donc une rallonge de 500 km qui nous a permis de terminer le pèlerinage dans « sa maison », ramenée de Nazareth, et sur l’autel de laquelle on peut lire : « HIC VERBUM CARO FACTUM EST ». Pouvait-on imaginer une conclusion plus belle, un lieu plus élevé ?

Sur ce dernier tronçon Italien, deux étapes nous ont particulièrement touché : l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre à Gricigliano et le Mont Alverne, la montagne escarpée où Saint François en 1224, deux ans avant sa mort et le jour de l’exaltation de la Sainte Croix reçut les stigmates.

pelerinage_Saint_Colomban_suite_II_359_web.jpg

Imaginez une colline plantée d’oliviers et de cyprès sur le beau ciel de Toscane avec une villa Romaine bercée par le doux murmure des eaux et vous connaîtrez le lieu d’exception qui abrite loin du monde, la formation des séminaristes (pour la plupart Français) du Christ Roi. On y découvre que les séminaristes sont formés avec un esprit de serviteurs. Dans la paix, la bonne humeur et le travail, les séminaristes méditent, étudient et prient. Quant à la sainte liturgie, elle est d’une perfection rare, ici rien n’est trop beau pour Dieu.

St_Colomban_335_web.jpg

A l’Alverne (La Verna), Saint François nous attendait aussi. Pas celui du frère Loup, ni le chantre de la Création, mais le serviteur pauvre qui aime porter la croix de Jésus. Après Jean Paul II, nous nous sommes écriés :

St_Colomban_343_web.jpg

« O Saint François, toi, le stigmatisé de l’Alverne, le monde a la nostalgie de toi, icône de Jésus crucifié.
Il a besoin de ton cœur ouvert à Dieu et aux hommes, de tes pieds nus et blessés, de tes mains transpercées et suppliantes.
Il a la nostalgie de ta voix frêle, mais forte de la puissance de l’Evangile. »

Nous sommes rentrés par le train en Provence le 23 septembre. Pirate, notre chat, qui n’est pas rancunier, est revenu spontanément vers ses maîtres.

pelerinage_Saint_Colomban_suite_II_187_web-2.jpg

Nous rendons grâce à Dieu pour les merveilles de son Amour qu’Il nous a fait découvrir – Lui seul est grand. Alleluia ! La route de Saint Colomban est maintenant ouverte, un 4ème ouvrage paraîtra dans quelques mois pour vous conter cette belle aventure, menée par Dieu et pour Dieu.

Merci de votre prière et de votre fidélité.

Robert et Claudia.

Chapitre 6 – Bangor – Bobbio

St_Colomban_266_web.jpg

Nous vous écrivons de Bobbio où nous sommes parvenus le lundi 27 août par une chaleur torride. Depuis la traversée du Pô, les pluies ont cessé et sans transition nous sommes plongés dans la fournaise méridionale. Vous imaginez sans peine la joie profonde qui nous habitait lorsqu’à l’entrée de Bobbio, après une étape de 39 km nous avons aperçu la belle statue de Saint Colomban, le soleil sur la poitrine et la colombe sur l’épaule, qui nous tendait la main pour nous bénir. En marche depuis le 15 avril, au depart de la fontaine Saint Michel à Paris, c’était enfin l’arrivée à la Terre promise, après 2800 km effectués en quatre mois et quinze jours. Magnificat anima mea !

Nous vous avions laissé la dernière fois en Allemagne à Waldshut, en bordure du Rhin. Avec Saint Colomban et ses douze disciples il nous restait à traverser la Suisse en suivant la Limmat, le lac de Zurich,

St_Colomban_187_web.jpg

Tuggen, Saint Gall,

St_Colomban_194_web.jpg

Rorschach et le lac de Constance pour arriver à Bregenz en Autriche.

St_Colomban_204_web.jpg

Grâce à l’action d’un prêtre éminent, Albert Holenstein, Bregenz a bâti une superbe église d’un beau moderne à Saint Colomban où l’on vénère ses reliques. Un menhir importé de Bangor ainsi que la réplique de la statue de Luxeuil signent ce lieu d’une marque indélébile. Atteint par la limite d’âge, Albert Holenstein, prêtre, est parti finir ses jours en Roumanie où il a déjà bâti un séminaire et deux églises. Il est à l’origine du mouvement Missio qui financæ dans le Tiers Monde la formation des prêtres, soutient les lépreux et bâtit écoles et dispensaires. Quel exemple et quel magnifique héritage colombanien.

Puis vinrent les journées difficiles en remontant le Rhin, où il nous a fallu escalader les montagnes et trouver les cols pour traverser les Alpes.

St_Colomban_216_web-2.jpg

Claudia avait plus de facilité que moi, pour cet exercice périlleux qui donne pourtant de belles satisfactions sur le plan esthétique. Cette traversée héroïque des Alpes n’aurait pu se faire sans l’aide de vos prières que nous avons bien senti et qui nous ont aidé à supporter les épreuves. C’est en approchant du Col du Septimer (2310 m) et en le franchissant que nous avons le mieux réalisé que nous mettions nos pas dans les traces de Saint Colomban.

St_Colomban_222_web.jpg

D’ailleurs une belle croix, au sommet était là pour nous le rappeler « ô Crux ave, spes unica salve! » La descente très raide sur l’Italie s’est effectuée dans la même journée en utilisant la voie Romaine, encore intacte sur de nombreuses portions. Partis à 6h de Bivio, nous étions rendus le soir en ltalie

St_Colomban_228_web.jpg

et à 18h nous pouvions assister à la Sainte Messe dite ce jour-la en l’honneur de Saint Roch dans une église dédiée à Saint Sébastien. Merveilleuse Italie pleine d’églises et bruissante de cloches, fidèle à Rome et pieuse, où l’accueil dans les paroisses est toujours chaleureux et où nous sommes sûrs d’avoir tous les jours la Sainte Messe.

Bientôt nous étions sur les rives du lac de Come et dans la plaine du Pô. Contournement de Milan par l’Est par Lodi jusqu’au moment où il nous a fallu traverser le grand fleuve, le pô. L’arrivée à Piacenza était déjà une grâce que nous accordait la Sainte Vierge avec l’hospitalité des soeurs missionnaires de Mgr Scalabrini.

St_Colomban_248c_web.jpg

Avant Bobbio nous avons passé deux jours à San Damiano où nous avons eu la joie de retrouver nos amis Tourbin.

St_Colomban_254_web.jpg

Marie-Alice et Joseph Gérard nous ont offert l’hospitalité et nous avons participé avec eux à ces belles récitations du rosaire dans le jardin de Paradis que le Seigneur dans Sa Bonté nous a accordé par l’intermédiaire de Sa Sainte Mère.

St_Colomban_250_web.jpg

Toutes vos intentions ont pu être ainsi posées aux pieds de la Madone Miraculeuse des Roses. « Madonna Miracolosa delle Rose vogliamo il Tuo trionfo. »

Lundi enfin ce fut l’arrivée dans cette petite ville de Bobbio bâtie sur les rives de la Trebbia et construite autour de l’Abbaye qui en constitue le point central. Tout le monde nous a fêté, la population heureusement ne compte que 8000 habitants !

St_Colomban_283_web.jpg

Du Ponte Vecchio où nous nous sommes rendus hier, on a une vue admirable sur la ville dominée par les montagnes bleues et entourée par les méandres de la Trebbia, un fleuve de montagne aux eaux rapides et limpides qui se jette dans le Pô.

Demain nous allons reprendre nos bâtons pour traverser les Appenins en direction de Pontremoli en suivant l’antique chemin qu’utilisaient les abbés pour se rendre à Rome. Puis ce sera la Toscane, Lucca, Gricigliano, La Verna et enfin Notre Dame de Lorette que nous pensons atteindre le 23 septembre. Ce n’est qu’après avoir remercié Notre Dame que nous pourrons songer à prendre le chemin du retour, mais par le train.

St_Colomban_267_web.jpg

Le grand enseignement de cette route, c’est encore Saint Colomban qui nous le donne. Il suffit de lire la belle devise qui est écrite sur son tombeau et de la vivre : « CHRISTI SUMUS, NON NOSTRI »

La route de Saint Colomban est ouverte.

Chapitre 5 – Waldshut

Nous vous écrivons aujourd’hui de Waldshut, puisqu’il y a déjà 3 jours que nous remontons le Rhin. En partant le 3 juillet de Reims, nous avons amorcé notre longue descente vers le Sud-est pour parvenir à Luxeuil, au pied des Vosges. Parcours de plaines et des champs de bataille de la guerre de 14, après un petit détour pour découvrir le sanctuaire N.D. de l’Epine.

St_Colomban_121_web.jpg

Le canal de la Marne à la Saône nous a permis d’atteindre paisiblement Vitry, puis Eclaron, près de l’impressionnant lac de Der, la grande retenue d’eau du bassin de la Seine.

Puis, à la fin des terres désertes et monotones de la Haute Marne, ce fut l’arrivée à Domrémy.

St_Colomban_130_web.jpg

Vive Jeanne ! Nous lui avons confié la France et vos familles et nous lui avons demandé de nous donner encore et encore beaucoup de courage pour vivre et aimer Dieu.

St_Colomban_141_web-2.jpg

Après un pèlerinage à Notre Dame de Bermont, sa maison natale nous a touché en dépit d’un centre culturel prétentieux et déplacé. Mais c’est au dessus des méandres de la Meuse, sous l’arbre aux fées et près de la fontaine des fiévreux qu’on retrouve le mieux l’âme pure et droite de notre grande sainte. La basilique est émouvante, on s’y sent bien pour prier avec Marie Reine de France. Saint Michel et tous les saints de notre pays. Mais attention … sur place, la logistique est mince et les travailleuses missionnaires, en ouvrant l’excellent restaurant de l’Abri du pèlerin, obtiennent un beau succès. Bravo les cathos! Dans ce restaurant (midi et soir) la cuisine est délicieuse et en plus on y chante Marie.

St_Colomban_136_web.jpg

Nous avons poursuivi vers les Vosges du grand thermalisme: Contrexéville, Vittel, Bains les Bains, avant d’atteindre la région de Luxeuil, si comparable à l’Irlande, avec ses collines, ses étangs et ses forêts.

St_Colomban_162_web.jpg

C’est ici à Annegray sur l’emplacement d’un vieux castrum que Saint Colomban fonda le premier monastère d’Annegray. A la fin du VIe siècle, la Gaule traversait une crise monastique importante. Plus de 200 monastères parsemaient le pays, mais aucune règle ne les reliait. La discipline s’étant beaucoup relâchée, de nombreux moines étaient à nouveau rentrés dans le monde, abandonnant leur vœu de chasteté. C’est alors que cette culture religieuse s’essoufflait que surgit sur les pas de Colomban une vague insulaire qui revivifia la spiritualité monastique en Occident.

St_Colomban_152_web.jpg

Les amis de Saint Colomban à l’abbaye de Saint Colomban (centre pastoral et école privée catholique) nous ont réservé un accueil inoubliable!

St_Colomban_154_web.jpg

Grâce à eux nous avons pu séjourner et visiter en détail chacun des lieux de l’action entreprise en 590. De tous ces lieux pieusement entretenus et propriété de l’association, Sainte Marie en Chanois, posée comme un nid d’hirondelle sur une branche d’arbre, nous a permis de retrouver la grotte et la source miraculeuse auprès de laquelle Saint Colomban venait se retirer pour prier.

St_Colomban_159_web.jpg

Colomban demeura en France pendant 20 ans, père abbé de Luxeuil, Annegray et Fontaine, jusqu’au jour où il fut expulsé de Bourgogne pour avoir condamné la débauche de Thierry II. L’océan l’ayant rejeté, il décide de revenir et ce fut l’occasion d’une autre évangélisation, celle de Meaux, de la Suisse, de l’Autriche et de l’Italie du Nord.

Par Altkirch et Huningue nous sommes enfin parvenus sur le Rhin, aux portes de Bâle que nous n’avons fait que traverser pour suivre la rive allemande. Pour la suite, voici notre itinéraire: Zurich, Saint Gall, Bregenz, Coire, le Col du Septimer, San Colombano al Lambro, Bobbio …

La pluie a enfin cessé, mais la chaleur continentale très lourde nous la fait presque regretter.

St_Colomban_175_web.jpg

L’accueil reçu dans les paroisses catholiques en Allemagne (Forêt Noire) nous met du baume au cœur. Quant à la liturgie, nous sommes heureux, après le désert et le misérabilisme Français de retrouver des églises propres et fleuries, un excellent organiste à la tribune, une bonne équipe de ministranten et surtout des églises pleines de fidèles qui prient et qui chantent, même en semaine. Ce matin dans la belle église baroque de Waldshut, dédiée à Notre Dame, on avait allumé les 6 chandeliers du maître autel, le prêtre a fait prier pour les 80 ministranten en camp avec leur curé et pendant la consécration toute l’assistance était à genoux. Vive l’Europe chrétienne!

Chapitre 4 : La France de St Coulomb à Reims

Vous vous en souvenez, nous vous avions laissé le 7 juin à Plymouth en Angleterre, au moment où nous nous apprêtions à prendre le bâteau pour rejoindre la mère Patrie. Le Britannia était un bon navire, il nous a bien conduit et c’est à Saint Malo que nous avons commencé notre nouveau périple en France.

St_Colomban_072_web.jpg

Saint Coulomb ne se trouve qu’à 10 km de Saint Malo et nous l’avons vite atteint. Ce charmant village, un peu en retrait de la côte, garde une mémoire fidèle de la venue de Saint Colomban aux environ de 585. D’abord, il y a la crique où il a débarqué (L’anse du Guésclin), ensuite il y a l’église qui lui est dédiée ainsi qu’une belle statue qui marque l’entrée du village et 19 calvaires. Mais le souvenir le plus émouvant et le plus fort n’est il pas la vénération que lui vouent ses habitants et le curé de ce village? Guy André, un historien chevronné et Victor Renou vont nous consacrer tout leur temps pour nous présenter les lieux et nous communiquer leurs sources. Epuisés, mais radieux après cette journée si remplie, notre première nuit de retour en France a trouvée pour cadre une superbe malouinière, la Malouinière de la Ville Bague, somptueuse résidence d’un corsaire Malouin.

St_Colomban_073_web.jpg

Le coeur en fête, nous avons commencé ensuite notre route vers le Mont Saint Michel, en nous arrêtons d’abord à Saint Broladre, où nous avons fait connaissance de la belle communauté des Béatitudes. Prière commune et repas du Shabbat avec 20 frères et soeurs et quatre Tchèques.

St_Colomban_076_web.jpg

Au Mont Saint Michel, grandes retrouvailles avec la Fraternité Monastique de Jérusalem. Après la messe, magnifiquement chantée, déjeuner avec soeur Judith et les soeurs, le soir nous étions les hôtes du Père Francois et des frères qui préparaient activement la procession du Saint Sacrement du lendemain. Quelle joie de participer, nous aussi, à cette marche triomphale de Jésus à travers les rues de la ville. Pour une fois les touristes médusés, arrêtaient de prendre des photos, beaucoup, très respectueux, priaient. Pourtant, le petit troupeau était mince et nous n’étions qu’une cinquantaine pour accompagner le Roi du Monde, alors que la veille l’arrivée du marathon de la baie avait mobilisée plus de 5000 personnes.

A travers les polders, nous avons rejoint Ducey, puis Saint Hilaire, Mortain et Ger, où nous avons été heureux de trouver ouverte la porte d’un poulailler pour dormir.

La traversée de la Normandie nous a ravi: les petits villages, les calvaires de granit, les vergers de pommiers, l’architecture des maisons et surtout la présence des troupeaux d’animaux conserve à cette terre un aspect profondément humain et religieux. Et puis ce fut l’arrivée à Lisieux, la découverte des Buissonnets et des lieux où après le décès de sa mère en 1877, Thérèse Martin a vécu avec ses quatre soeurs et son cher père. C’est le jour de la Pentecôte 1887 que Thérèse demande à son papa l’autorisation d’entrer au Carmel: elle a juste 15 ans. Jeune filles de 2007, êtes vous prêtes à tout laisser pour le Seigneur, à vous abandonner à Son Seul Amour? Malgré sa courte vie Thérèse nous parle encore, elle nous redit: « Ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’amour! »

St_Colomban_086_web.jpg

Continuant notre route vers l’Est, nous avons rencontré un dimanche une paroisse extraordinaire pour fêter le Sacré Coeur de Jésus: les autels et beaucoup de parties de l’eglise exposaient le signe brûlant de l’Amour de Jésus, le même que celui que nous avons collé sur nos sacs à dos avant le départ. L’église était pleine, la messe était célébrée selon le rite de Saint Pie V et ce même matin, le prêtre, qui est responsable de 27 clochers, avait célébré la messe selon le rite de Paul VI. Qui dit mieux? Ce prêtre existe, il vit en France, en parfait accord avec son évêque. Si vous voulez le rencontrer, allez à Thiberville dans l’Eure: la charité entre les catholiques est bien réelle, lorsqu’elle s’appuie sur l’Evangile.

St_Colomban_087_web-2.jpg

Kilomètre après kilomètre nous nous sommes approchés de la vallée de la Seine où avec le Bec Hellouin, Saint Wandrille et Jumièges, nous avons pris connaissance de toute la richesse du trésor monastique Normand. Herluin pose en 1034 la première pierre du monastère du Bec Hellouin. En France, comme en Angleterre, il aura un destin exceptionnel. Après une série de malheurs, d’incendies et de destructions, Dom Grammont reprend possession des lieux en 1948 pour en faire un lieu de contemplation, mais aussi d’action missionnaire. Les fondations du Bec à Abu Gosh en Terre Sainte comme à Rostrevor en Irlande, témoignent du profond désir d’unité qui anime cette communauté: « Etre chrétien, c’est avoir la passion de l’unité. »

St_Colomban_093_web.jpg

Quelques km plus loin, Rouen nous attendait. Grâce à la bonté de Pierre et Marie Laure Vinot Préfonfaine, les pèlerins ont pu reprendre vie, dormir dans un bon lit, réparer leur chaussures, gratter leurs pieds en les débarassant des cors et d’affreux yeux de Perdrix, visiter en leur compagnie le monastère de Saint Wandrille et la ville de Rouen avec l’évocation du supplice de Jeanne d’Arc le 30 mai 1431 place du marché.

St_Colomban_096_web.jpg

Saint Wandrille, fasciné par Saint Colomban qu’il prend pour modèle, après un début érémitique à Romainmôtiers et Saint Ursanne, rencontre à Rouen l’évêque Saint Ouen qui parvient à grand peine à l’arrêter. Sous sa direction, il fonde le monastère de Fontenelle qui deviendra une grande abbaye bénédictine et donnera quarante saints à l’Eglise au cours de son histoire.

St_Colomban_104_web.jpg

La place nous manque pour vous conter dans le détail notre progression et toutes nos découvertes: frères de Saint Jean, soeurs Polonaises, soeurs Franciscaines, familles chrétiennes et pratiquantes tissent à travers la France déchristianisée une toile de fond très vivante et active où chrétiens et chrétiennes engagés, continuent à être sel de la terre. C’est Régis, de la communauté Tendresse de Marie, qui fut samedi notre bon ange. Il nous a permis de passer un vrai dimanche à l’Abbaye Notre Dame d’Igny: un vrai dimanche de prière, de contemplation, d’action de grâce et de repos.

St_Colomban_110_web.jpg

Aujourd’hui à Reims, nous sommes avec vous tous qui nous suivez à travers ces lignes en compagnie de Sainte Jeanne d’Arc et de Saint Rémi. En ce premier mardi du mois avec tous les Compagnons de Saint Michel et avec vous, notre prière pour la France est ardente. Marie-Thérèse et Christian qui nous ont accueillis hier au soir, nous ont accompagné à la cathédrale de Reims pour la sainte Messe et nous avons confié à Sainte Jeanne d’Arc toutes vos intentions. Reims c’est aussi la ville de la réconciliation Franco – Allemande, puisqu’elle a réuni en 1962 le Général de Gaulle et Konrad Adenauer qui s’écriaient: « la paix est un miracle de la Providence, un plan du Ciel. Le don de la Providence à nos peuples mérite nos soins les plus attentifs et reconnaissants. » 8 juillet 1962.

Nous poursuivons notre route sur Notre Dame de l’Epine et Domrémy. Luxeuil a célébré avec faste ce dimanche le souvenir de Saint Colomban. Nous reprendrons contact à la fin du mois. A bientôt.

Chapitre 3 : le Sud de l’Angleterre

Les historiens sont rarement tous du même avis, beaucoup pensent pourtant que Saint Colomban et ses douze disciples, lorsqu’ils ont quitté l’Irlande, se sont arrêtés dans le Sud de la Cornouaille anglaise: deux petites villes, Saint Colomban mineur et Saint Colomban majeur, ainsi que la Route St Colomban ont garde cette trace fugitive.

St_Colomban_044_web.jpg

Voilà pourquoi, en quittant l’Irlande à Rosslare, nous avons débarqué au Pays de Galles à Pembroke avec l’intention de connaitre la Cornouaille. Comment deux pèlerins catholiques allaient-ils être accueillis dans ce Royaume, solidement engagé dans le schisme et le rejet de Rome depuis la folle décision prise par le roi Henri VIII le 25 juin 1559 d’être désormais le seul chef de l’église d’Angleterre?

L’accueil a été généreux et très cordial, mais il nous a fallu déployer des trésors de patience et d’endurance pour trouver les paroisses catholiques romaines du Pays, nous faire reconnaitre et trouver des frères et des sœurs dans la foi du Christ.

La Providence, grâce à vos prières et aux nôtres, nous a tous les jours permis de trouver un toit, de rencontrer des gens au cœur bon et généreux qui nous ont aidé à avancer, à rester en forme et à nous reposer lorsque le soleil était couché. On ne le dira jamais assez, le pèlerin sait que par ses propres moyens, il n’arrivera jamais à faire face à ses besoins essentiels.

Le premier jour, nous étions épuisés par une progression très dangereuse sur la route 747, lorsqu’à Broadmore nous sommes entrés dans la plus modeste des épiceries qu’on puisse imaginer. L’Archange Raphael nous y attendait: d’abord l’épicier nous a sourit, puis il nous a vendu tout ce dont nous avions besoin, un sandwich et de l’eau fraiche et surtout il nous a offert une carte du Pays de Galles spécialement éditée pour les cyclistes, qui allait nous indiquer les chemins paisibles à utiliser. Cela s’est reproduit presque chaque jour sous différentes formes et nous avons trouvé chez un couple de pasteurs anglicans, dans des familles ou dans des communautés une porte largement ouverte et de belles rencontres.

St_Colomban_045_web.jpg St_Colomban_047_web.jpg

Après le Pays de Galles nous avons traversé le Canal de Bristol en contournant les zones industrielles de Swansea, Cardiff et Bristol pour atteindre Barnstaple d’où nous avons poursuivi notre progression à pied. Par Bideford, Kilkhampton, Camelford et Wadebridge et en suivant la terrible route 39, nous avons fini par atteindre la région où saint Colomban probablement en l’année 585 avait fait escale avec ses douze disciples. Ce faisant, une terrible angoisse nous étreignait: dans ce pays avec si peu de paroisses catholiques romaines ou allions-nous trouver une messe pour la Pentecôte?

St_Colomban_052_web.jpg

Eh bien, Saint Michel nous a trouvé ce lieu rare: il se trouvait très précisément entre Saint Colomban majeur et Saint Colomban mineur, à Saint Mawgan. Un lieu historique entre tous puisqu’il a abrité un des plus vieux Carmels d’Angleterre, grâce à la générosité de la famille de Lord Arundell qui offrit spontanément son Manoir de Lanherne lorsqu’il s’agissait de recueillir les sœurs anglaises chassées d’Anvers en 1794 par les troupes françaises. Apres la reformation et pendant les années terribles de la persécution anticatholique, Lanherne fut un haut lieu de la résistance catholique et c’est ici que Saint Cuthbert Mayne, canonisé par Paul VI y est souvent venu pour célébrer la Sainte Messe. Dénoncé et arrêté, il fut après un jugement rapide pendu, décapité et coupé en quatre. Un des membres de la famille réussit à rapporter sa tête, cette vénérable relique est vénérée tous les dimanches après la messe de dix heures et nous avons pu embrasser le haut du crane. Aujourd’hui par manque d’effectif, les sœurs Carmélites sont parties au Carmel près de Liverpool. Elles ont été remplacées par une communauté de frères et de sœurs Franciscaines de l’Immaculée. Dix sœurs, deux frères et un prêtre portant bure grise et coiffe blanche et la grande médaille de l’Immaculée sur leurs cœurs prient et travaillent en ce lieu béni où une belle paroisse continue à fleurir. Nous leur avons proposé de bâtir un oratoire de la Route de l’Europe chrétienne et la proposition a été accueillie avec enthousiasme.

St_Colomban_058_web.jpg

En repartant nous avons dirigé nos pas vers le Mont Saint Michel anglais qui se trouve à la pointe extrême de la Cornouaille. A la différence du notre que la digue a ensablé, le Mont Saint Michel anglais est au milieu des eaux à une centaine de mètres de la rive. Emouvant pèlerinage sur ce haut lieu qui fut au moyen âge possession de la France avec une abbaye placée sous la juridiction de notre Mont Saint Michel. Elle fut ensuite confisquée et abandonnée à la Reformation. Propriété de la famille de St Aubin, on y admire de nos jours ses jardins et les appartements de cette noble famille, mais la chapelle a perdu son âme, elle n’est plus un sanctuaire digne du Grand Archange.

Par Truro et St Austell, nous avons enfin atteint le Carmel de Sclerder où les 11 sœurs du couvent nous ont accueilli avec générosité et des attentions de mères et de sœurs. C’est ainsi que nous avons eu la messe du premier mardi du mois dite par un saint prêtre dont la vocation récente lui fut donnée en observant simplement comment des amis catholiques se comportaient: vous voyez que l’exemple est contagieux et que chacun par son attitude peut être missionnaire.

St_Colomban_064_web.jpg

Nous avons ensuite longé une côte superbe par un chemin harassant plein d’escaliers et de corniches pour arriver à Torpoint qui a la singularité d’avoir une chapelle consacrée à Sainte Jeanne d’Arc! Nous lui avons confié la France en nous réjouissant que sur le sol anglais elle soit aussi vénérée que chez nous. Puis par le ferry nous avons atteint Plymouth dont la cathédrale est consacrée à Saint Boniface un grand saint anglais du huitième siècle, grand évangélisateur de l’Allemagne du Nord. Comme Saint Colomban, un modèle de missionnaire Européen.

Ce soir nous quittons l’Angleterre et nous retrouvons demain matin le sol de France à Saint Malo.

Merci Seigneur, pour tous vos bienfaits! Bénissez les Anglais et tous les amis qui prient pour nous!

Robert et Claudia Mestelan

Chapitre 1 : l’envol

Dimanche, 15 avril – Paris : Fontaine Saint Michel En choisissant la fontaine Saint Michel comme point de départ de la route Saint Colomban, nous voulons dans la pleine lumière de la Résurrection du Christ et l’Amour infini de Sa Miséricorde, nous placer sous la protection de l’Archange Michel, notre saint patron.

St_Colomban_002_web.jpg

L’Exode nous l’indique clairement en son verset 23.20.28 : « J’enverrai mon Ange pour qu’il marche devant toi, qu’il te garde en chemin et qu’il te fasse entrer dans le pays que je t’ai préparé. Sois attentif à sa présence, écoute ses conseils, ne te risque pas à les mépriser, il ne laissera passer aucune de tes fautes, car il est mon représentant. »

Nous voilà bien prévenus. Que Dieu nous aide à ne jamais l’oublier. Après Reims en 1996, Saint Jacques en 1997 et 1998, Jérusalem en 1999, le Mt Gargan en 2001 et Kiev en 2004, voilà que la route Saint Colomban, une nouvelle route de l’Europe chrétienne, va nous happer. Depuis six mois nous l’avons préparé et nous sommes impatients de la prendre avec Saint Colomban.

Etonnante histoire que celle de ce héraut de la foi du 6ème siècle, sorti de cette île de légendes, toute battue de grands vents et d’embruns : l’Irlande. Un siècle à peine après avoir été évangélisé par Saint Patrick, Saint Colomban avec douze compagnons va se hâter d’annoncer à d’autres la bonne nouvelle. Son exemple est contagieux : la chronique raconte les exploits d’équipages se lançant sur la mer, sans avirons pour mieux s’abandonner à la seule volonté de Dieu. « Mon Dieu je m’abandonne à Toi. » Partis de Bangor en 590, travaillants en ordre dispersé ces « peregrini » vont sillonner la Gaule, la Germanie et l’Italie jusqu’à Bobbio où Saint Colomban va enfin mourir en 615 en déclenchant un véritable raz de marée de vie monastique et de conversion. Entre 590 et 690, 122 fondations, toutes Colombaniennes (Jumièges, Saint Wandrille, Jouarre, Fleury sur Loire) !

« C’est à Saint Colomban que l’ordre Bénédictin doit son renommée de culture, car ses monastères étaient des foyers d’érudition et d’art sacré. Le système du monachisme Irlandais voulait que les abbés soient libres de modifier la règle de leurs monastères si les circonstances, tant d’ordre spirituel que matériel l’imposaient. C’est ainsi qu’on assiste à un glissement volontaire de la règle de Saint Colomban à celle de Saint Benoît. Colomban c’est la passion Celtique, l’héroïsme au quotidien, la tradition Irlandaise. Saint Benoït c’est un regard plus juste, sans illusion sur la nature humaine : la marche progressive vers la sainteté. » J.B. Cornelius + serviteur de Dieu

Par cette marche qui va nous aider à retrouver l’héroïsme de Saint Colomban et à en vivre, nous voulons prendre conscience des racines chrétiennes de l’Europe pour vous en rendre compte à notre retour et alimenter votre foi. A l’heure du départ, nous vous livrons les fortes paroles de Saint Colomban que nous avons inscrites sur notre carnet de route. Elles vont nous aider à cheminer avec vous et à prier ensemble pour la ré-évangélisation de l’Europe : « Homme, que tu es misérable ! Ce que tu vois tu dois le haïr et ce qu’il faut que tu aimes, tu l’ignores. En toi tu as ce qui t’entraves, en toi, tu n’as pas ce qui te libère. Tu as des yeux et te laisse lier aveuglement : tu consens à ce qu’on te mène à la mort. » et encore : « Toute notre vie est comme une marche d’une journée. En haut notre amour, en bas notre désir, en haut notre goût, en haut notre recherche de la patrie. Là est le Père »

Chers amis de la route de l’Europe chrétienne, au revoir, nous vous donnons chaque mois rendez-vous sur le site pour vous raconter notre « Peregrinatio ad Dominum ». « Ce que veut le cœur met les jambes en marche. » (Proverbe Africain)

St_Colomban_001_web.jpg

Bénédiction et envoi en mission:
Le dimanche de Pâques, 8 avril, Mgr Cattenoz, Archevêque d’Avignon, a bénit solenellement sur les marches du choeur de la cathédrale Notre Dame des Doms à Avignon l’envoi en mission de Robert et Claudia.
13 avril, 18heures: messe célébrée en l’église Saint Michel de Velleron avec le concours de la chorale Résonance et tous les amis 14 avril, avant la messe de 9h30: bénédiction au « Tepeyac » devant l’oratoire Notre Dame de Guadalupe

Chapitre 2 : Bangor – Dublin

Voyager le 1er mai n’est pas un mauvais choix, les routes sont désertes et il n’y a pas trop de monde pour monter à l’assaut des avions. De Roissy, Air Lingus n’a mis qu’une heure et quarante minutes pour nous déposer a Dublin. Quelques heures après nous étions à Belfast, puis a Bangor, point de départ de cette nouvelle route de l’Europe chrétienne, la route de Saint Colomban.

St_Colomban_016_web.jpg

C’est ici a Bangor dans ce monastère place sous l’autorité de Saint Comgall, que Saint Colomban, né en 543 à Leinster, nourrit le projet de partir prêcher l’évangile dans les pays étrangers. Le Père Abbe refuse d’abord, mais bientôt il finit par lui donner son consentement et douze compagnons. A l’âge de 41 ans Colomban part ainsi en bateau avec Attala (saint), Colomban le jeune, Cummain, Domgal, Eogain, Eunan, Bile (saint), Gurgano, Libran, Lua, Sigisbert et Waldoleno. Cette sorte d’exil volontaire et permanent entrepris par amour du Christ devait les amener à parcourir le centre et le Nord de l’Europe et à en faire les plus grands missionnaires de l’antiquité. Cet exil exigeant et douloureux avec une finalité clairement apostolique nous semble tellement correspondre aux difficultés que traverse le monde aujourd’hui que nous avons voulu refaire ce parcours en nous inspirant de l’audace et de l’héroïsme qui animaient Colomban et ses douze compagnons.

A Bangor nous avons d’abord été un peu déçus de ne plus trouver grand chose de cette grande époque et de ce monastère de 3000 moines. La tour qui surmonte aujourd’hui l’église protestante date du XVème siècle et seuls quelques restes du mur de Saint Malachie font apparaitre des matériaux de l’époque. Devant le château flotte l’union jack et la séparation des deux Irlande est toujours bien réelle. Ce soir là nous avons la messe avec l’évêque du County Down à la paroisse Saint Comgall. Notre première nuit se passe dans une pièce de la salle paroissiale.

St_Colomban_023a_web.jpg

Notre descente vers le sud commence par longer la mer intérieure (Strangford Lough) par une route étroite et difficile. Comme la conduite des autos se fait à gauche, chaque fois que nous traversons un carrefour il nous faut réfléchir quelques secondes pour savoir d’où vient le danger. C’est toujours désagréable d’être frôlé par un bolide et Claudia craint de se faire arracher le bras. De nombreuses ruines d’abbayes nous indiquent que toute la région était au moyen âge un grand monastère. Les maisons sont petites et les églises ouvertes : nous en avons trouvé une à Kircubbin où nous avons pu y prier une heure. Plus loin, Bob et Kathleen nous ont conduits à la montagne Saint Joseph, à l’église de la paroisse. Le prêtre n’y était pas mais on nous a ouvert l’école et nous avons passé une excellente nuit sur le tapis. Sur les murs de cette vieille école primaire en briques nous avons admiré une belle gravure du pape Benoit XV ainsi que des photos de classes des années 30 où il y avait plus de 150 élèves, les yeux rieurs avec des taches de rousseur sur le nez qui nous souriaient : Adhérentes du planning familial, voilez-vous la face, en Irlande, les enfants sont un don de Dieu!

Apres avoir pris le bac à Portaferry, nous atteignons Downpatrick, la ville où Saint Patrick est arrivé en 432 pour commencer l’évangélisation de l’Irlande et où il est mort en 461; il y est toujours vénéré.

Saint Patrick, le grand apôtre de l’évangélisation de l’Irlande a droit à tous les honneurs et il n’y a pas une église qui oublie d’y vénérer sa mémoire. Etonnant parcours que celui de ce Breton, amené esclave en Irlande, qui réussit à s’enfuir au Pays de Galles et à se préparer à la prêtrise pendant deux ans à l’ile de Lérins. Sacre évêque à Auxerre par Saint Germain, il retourne en Irlande pour évangéliser l’ile et meurt en 461. A cette époque, l’Europe chrétienne était sans frontières et les hommes d’église de rudes voyageurs.

St_Colomban_020_web.jpg

Les pères Sean et Stephen de la paroisse catholique de Downpatrick ne savent que faire pour nous être aimables. Ils nous trouvent un lit, nous arrangent un rendez-vous avec le président de la Légion de Marie et nous amènent sur la colline où en 1932 à l’occasion du congrès eucharistique, une grande statue de Saint Patrick de 15 m de haut a été érigée.

Nous avons attaqué ensuite la région très pittoresque et montagneuse des Mournes et trouvé dans l’église de Hilltown tout ce qui fait le charme de l’Irlande : un prêtre bon et hospitalier, la légion de Marie et la Sainte Messe. Il est facile quand on est catholique de se faire des amis à la sortie de la messe. Avec Kieran Murphy, professeur à la Highschool et qui a tenu à marcher environ dix kilomètres avec nous, nous avons beaucoup parlé de pèlerinages et de la route de l’Europe. On pourrait en effet tracer un chemin partant de Bangor, passant à Downpatrick et finissant à Knock avec Saint Joseph et Notre Dame…

St_Colomban_025a_web.jpg

La journée de repos, vécue dimanche a Rostrevor avec une petite communauté de moines français originaires du Bec Hellouin nous a enchantée. C’est pour répondre à la demande de Jean Paul II d’associer les contemplatifs à la recherche de la paix et de l’unité en tous les lieux de ce monde où la guerre fait rage, que ces moines sont venus de France et ont bâti ce monastère très moderne, tout en verre et en acier. Ils ne sont que cinq, quatre Français et le père abbé Irlandais et ils prient pour l’unité. Cette halte bienheureuse dans une hôtellerie de rêve nous a permis d’avoir la messe en latin et de prier pour l’apaisement du conflit entre le Nord et le Sud de l’Irlande. La charte du monastère précise la mission : “Contribuer à la réconciliation entre catholiques et protestants dans un pays marqué par une violence réciproque, endeuillé par le sang de frères et de sœurs chrétiens.” Comme à Abu Gosh en Terre Sainte, les olivétains s’emploient par la prière et l’accueil à cicatriser les plaies.

Repartant vers le sud, nous vénérons à Drogheda le chef de Saint Oliver Plunkett, évêque d’Armagh, martyrisé d’une façon particulièrement sauvage. Le soir, après une dure étape, c’est à Stamullen qu’Olive nous offre généreusement une de ses maisons pour dormir. Encore la Providence!

La dernière matinée nous amène à travers les champs de course, les golfs et les moutons jusqu’à l’aéroport de Dublin où un bienheureux car nous conduit enfin au centre de la capitale. Ce soir nous sommes attendus par les Petites Sœurs des Pauvres : encore un ordre Français, créé par Jeanne Jugan, née en 1792 à Saint Servan. Mère Agnès nous affecte une belle chambre et c’est d’ici que nous vous écrivons.

Nous irons demain voir la Légion de Marie pour envisager la construction d’un oratoire. Nous profiterons de notre descente en ville pour aller nous incliner sur la tombe de Matt Talbot, un ivrogne repenti qui a terminé sa vie en odeur de sainteté. Si Dieu le veut, nous profiterons du samedi pour monter dans l’Ouest, à Knock, où se trouve le grand sanctuaire de l’apparition de la Sainte Vierge et de Saint Joseph. Jean Paul II y est venu en 1979.

St_Colomban_030_web.jpg

Le temps très chaud au début du mois est devenu tout à fait Irlandais avec beaucoup de vent, quelques averses, mais toujours du soleil. Au Pays de Galles, dans un mois, nous vous donnerons d’autres nouvelles et en attendant nous vous livrons pour la vivre et pour la répandre avec profusion autour de vous cette belle citation de la bienheureuse Jeanne Jugan : “Il faut toujours dire : que Dieu soit béni !”

A bientôt !

Robert et Claudia Mestelan