Messe des Saints Innocents à Chantemerle-les-Blés

lundi 28 décembre 2015

Le 28 décembre 2015 à 10h

Messe des Saints Innocents à Chantemerle-les-Blés par M. le Chanoine G. Trauchessec avec cette année une importante participation.

La colline des Croix en 2015 a reçu au matin du 28 décembre de nouvelles effigies de la Croix apportées par les membres de l’association de La Route de l’Europe chrétienne et des amis des Croisés du Sacré Coeur.

La Croix rouge qui se détache maintenant sur le fond, représente les 21 martyrs Coptes, sauvagement assassinés en Libye par Daesh.

Après la messe et la procession, M. et Mme Moiroux ont réuni pour un excellent déjeuner tous les pèlerins.

Homélie de M. le Chanoine :

Les Saints Innocents

Si la plupart d’entre nous ont déjà gravi plusieurs fois le chemin qui mène à ce sanctuaire, érigé par les Croisés du Sacré-Cœur, il y a une quarantaine d’années, en réparation du « crime abominable », selon les propres termes du concile œcuménique Vatican II pour désigner l’avortement, d’autres l’ont emprunté pour la première fois aujourd’hui.

Tous sont impressionnés par la croix monumentale qui domine le site et par la centaine de petites croix blanches qui entourent la chapelle. Sur le socle de la première, érigée en 1997, on peut lire : Au milliard d’enfants avortés ! Quel nombre faudrait-il inscrire 18 ans après ? Quant aux petites croix chacune d’elles représente dix millions d’enfants avortés. Combien faudrait-il en ajouter 18 ans après ? En France ce sont actuellement, selon les chiffres officiels, 225.000 enfants qui meurent par an, soit 600 par jour, soit 20 fois plus que lors du massacre des Saints Innocents à Bethléem puisque celui-ci est estimé à une trentaine.

Le massacre des innocents se continue – hélas – de nos jours à grande échelle et dans une indifférence quasi généralisée malgré le dévouement admirable de bien des associations pro vie qui essaient de faire prendre conscience de l’ampleur de la tragédie. Redisons-le une nouvelle fois, en citant Saint Pie X, « La force des méchants vient de la faiblesse des bons ». Là comme ailleurs il ne faudrait pas que les enfants de lumière soient moins habiles que les enfants des ténèbres comme le rappelle l’Evangile !

A nous de réveiller les consciences endormies par une propagande médiatique néfaste au respect de la vie du premier instant de la conception à la mort naturelle. « Tu ne tueras pas » nous dit le Décalogue. Y-a-t-il crime plus grave que de tuer un être humain qui ne peut se défendre ? Contrairement à ce qui se dit ici et là et notamment auprès des jeunes, plus vulnérables, que, les adultes il y a bien un nouvel être humain dès le premier instant de la conception et non pas seulement un amas de cellules.

Si la culture de mort progresse c’est parce qu’elle ne rencontre pas en face d’elle suffisamment de personnes déterminées à défendre la vie, à résister contre les assauts répétés du Mal. Certes les uns et les autres nous n’avons pas accès aux grands moyens de communication sociale, presse, radio, cinéma, télévision et autres, mais nous pouvons tous faire quelque chose là où le Bon Dieu nous a placés d’autant plus qu’Il bénit les moyens pauvres.

Quand un incendie se propage si l’on n’a pas accès aux grands moyens dont disposent les pompiers on ne des croise pas les bras pour autant en attendant leur intervention mais l’on fait la chaîne pour se passer les seaux et éteindre ou, au moins, circonscrire le feu. Les lamentations sont stériles tandis que l’action est utile.

Chacun de nous se doit d’être là où il est un ardent défenseur de la vie ! Ne laissons passer aucune occasion pour faire prendre conscience à ceux que nous rencontrons du drame que nous vivons. Tout chrétien se doit d’être un milles Christi c’est-à-dire un soldat du Christ qui est la Voie, la Vérité et la Vie. Un soldat est appelé à donner des coups et doit être prêt à en recevoir. Les coups qu’un militant pro vie doit donner ne s’adressent pas bien évidemment aux personnes mais aux idées fausses répandues dans l’atmosphère comme les dénonçait déjà Saint Paul dans son épître à Timothée. « Car un temps viendra où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine, mais au contraire, au gré de leurs passions et l’oreille les démangeant ils se donneront des maîtres en quantité et détourneront l’oreille de la vérité pour se tourner vers les fables ».Tim. II, 4, 3 - 4

Pour cela il faut que chacun se forme et s’informe. La lecture, la relecture, la méditation de l’encyclique « Evangelium vitae », L’Evangile de la vie, de saint Jean-Paul II devrait nous être habituelle. La lecture de publications pro vie devrait aussi nous tenir au courant de l’actualité. Lisons et propageons la brochure « 50 questions et réponses sur le post-avortement » de la psychologue et psychothérapeute Cinzia Baccaglini. (Association Droit de Naître 39 avenue Pasteur 92400 Courbevoie Tél. : 0 800 88 05 21 – Fax : 01 47 68 84 79 www.droitdenaitre.org)

L’avortement légalisé, l’avortement remboursé, l’avortement banalisé appelle de notre part une réponse adaptée. Il faut faire barrage à cette escalade infernale et désastreuse qui n’a déjà fait que trop de ravages et qui, chaque jour, appelle davantage le feu du Ciel en suscitant une réaction suffisamment forte pour l’arrêter.

Ce qui est légal n’est pas toujours moral ! Rembourser le « crime abominable » illustre à quel degré de décadence est arrivée notre société. A force de tout voir et de tout entendre on finit par tout admettre. Eh bien non ! Nous n’admettrons jamais l’inadmissible !

L’escalade dans l’horreur est illustrée par la vente d’organes extraits de fœtus. Où cela s’arrêtera-t-il si nous n’y mettons pas un terme ? Quelle barbarie chez des gens dits civilisés !

Pour gagner des âmes à Dieu, pour obtenir la conversion des cœurs rejoignons les groupes de prières, les veillées de prières surtout en cette Année de la Miséricorde.

D’une part ne baissons pas les bras mais au contraire joignons les mains pour prier non seulement au cours de cette messe offerte en réparation et spécialement pour les 225.00 enfants avortés en France au cours de l’année qui s’achève mais aussi à longueur de temps. « Parce Domine, parce populo tuo ».

D’autre part agissons pour entraver les projets des organismes qui promeuvent et étendent l’avortement en nous souvenant que la foi qui n’agit pas est une foi morte comme nous le rappelle l’Evangile. « La foi sans les oeuvres est une foi morte ».

Faisons nôtre le communiqué, diffusé, la veille de la fête de l’Immaculée Conception, par l’Association Choisir la Vie. (Laissez-les-Vivre – SOS Futurs Mères B.P. 111 75463 Paris Cedex 10 – Tél. : 01 30 82 64 65)

« Suite aux évènements tragiques qui ont touché notre pays, et dans le contexte actuel d’état d’urgence, nous avons décidé, avec un profond regret, de ne pas maintenir la Marche pour la Vie du 24 janvier prochain à Paris, dans le souci de prendre le plus grand soin de tous les participants et intervenants et d’éviter une interdiction de manifester, de dernière minute, qui mettrait en difficulté tant les manifestants que les organisateurs.

Fidèle à la promesse qu’elle a faite à tous de faire du 24 janvier 2016 la Journée Internationale de l’enfant à naître et consciente qu’il existe bien un « état d’urgence » autour des menaces qui guettent encore l’enfant à naître dans les mois à venir à travers le projet de loi santé élaboré par le gouvernement, Choisir la vie indiquera très prochainement les alternatives à la Marche pour la Vie et les actions qu’elle envisage afin de poursuivre le combat pour le respect de la Vie.

Aujourd’hui, plus que jamais, il nous faut redoubler de persévérance et d’ingéniosité pour continuer à dénoncer les atteintes à la Vie et témoigner de la grandeur et de la beauté de toute Vie humaine. »

L’heure n’est pas au découragement, qui vient du démon, comme le rappelle l’auteur de l’Imitation de Notre Seigneur Jésus – Christ, mais à la persévérance « Frappez et l’on vous ouvrira, cherchez et vous trouverez » nous dit le divin Maître et comme l’illustre la Cananéenne.

2015 fut marquée par des attaques incessantes à l’enfant à naître :

 Suppression pour la femme du délai de réflexion de 7 jours préalables à l’IVG.

 Instauration d’une journée mondiale de l’avortement et promotion de l’IVG à travers la création d’un numéro vert.

D’autres menaces très inquiétantes pèsent sur 2016 :

 Projet d’extension de la pratique de l’IVG dans les maisons de santé.

 Projet d’autorisation de délivrance par les sages-femmes des produits abortifs pour l’IVG médicamenteuse.

 Projet de suppression de la clause de conscience pour les professionnels de santé confrontés à l’IVG.

Ne laissons pas voter de tels projets ! Intervenons auprès des élus pour leur exprimer notre désapprobation. Ne péchons pas par omission ! N’offrons pas un silence complice grâce auquel les promoteurs de ces projets arriveraient à leurs fins et souvenons-nous que les absents des débats ont toujours tort car « qui ne dit mot consent » !

A l’issue de cette messe nous nous rendrons en procession auprès de l’oratoire du Santo Volto, de la sainte Face, pour y planter une croix comme les Lituaniens plantent la leur sur la colline des croix en nous souvenant que c’est par ce signe que nous vaincrons l’Ennemi du genre humain. « Per hoc signo vinces ». « Victoire tu régneras ô croix tu nous sauveras ».

A Notre – Dame de Guadalupe, à Sainte Jeanne Beretta-Molla, recommandons tous les enfants à naître et renouvelons notre engagement de parrainage spirituel ou prenons-le en ce jour pour sauver toujours davantage d’enfants menacés de mort dans le sein maternel en entendant Notre Seigneur Jésus- Christ nous dire : « Ce que vous aurez fait aux plus petits d’entre les miens, c’est à Moi que vous l’aurez fait ».

Ainsi soit-il


La Route de l’Europe chrétienne - Atelier Lou Barri - 84740 Velleron / France - Tel/Fax 04 90 20 08 70
atelierloubarri@free.fr
Association Loi 1901déposée à la sous-Préfécture de Carpentras et inscrite le 20 novembre 2006 sous le N°084.3.00 4972