Un gouffre s’ouvre sous nos pas - la dictature culturelle

par l’association Promouvoir

mercredi 19 décembre 2012

Le 31 octobre 2012, le Premier ministre M. Ayrault, a adopté officiellement un "programme d’actions gouvernementales contre les violences et les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre". Ce programme est officiel et figure sous le timbre "premier ministre" sur le site internet du gouvernement.

La presse n’en a quasiment rien dit, alors que ce programme signifie l’investissement par ce concept de tous les domaines de la vie sociale et son irruption juridique dans la loi française ! D’où cette affirmation de Mme Taubira, Garde des Sceaux, à propos du mariage homosexuel : "C’est une réforme de société et on peut même dire une réforme de civilisation. Nous n’avons pas l’intention de faire comme si nous ne retouchions que trois ou quatre virgules dans le Code Civil."

Que dit ce programme ?

1. Tout d’abord que l’identité du genre est officiellement désormais un axe prioritaire d’action gouvernemental et qu’il vient se rajouter à la lutte contre "l’homophobie" et la couronner (en réalité il l’inspire). Tous les domaines sont concernés. Par exemple : les inspecteurs du travail l’incorporeront à leurs évaluations et il sera au coeur de la Charte de l’égalité dans la fonction publique, qui va être révisée en conséquence. Les partenaires sociaux l’incorporeront par avenants aux accords sociaux et la question sera directement à l’ordre du jour de la grande conférence sociale de 2013. Un module obligatoire sera ajouté à la formation des infirmiers et des médecins, les maisons de retraite devront également s’adapter. Ces modules traiteront au même titre de l’homophobie, de la lesbophobie, de la transphobie.

2. Les institutions représentatives des familles seront recomposées pour accueillir des représentants des familles monoparentales en tant que telles. Les transsexuels bénéficieront d’une modification simplifiée de l’état civil et il ne pourra plus leur être imposé auparavant une opération : ils pourront faire un choix subjectif d’état civil et le faire acter ! Un homme pourra donc se dire femme et faire acter cette décision par l’état civil, sans même avoir à prouver un changement matériel de sexe par un biais chirurgical. La commission consultative des droits de l’homme va d’ailleurs être saisie pour mettre la chose au point. Ces "personnes trans" (c’est le terme retenu par le texte lui-même) bénéficieront de manière simplifiée d’un n° de sécurité sociale provisoire en attendant l’officialisation de leur nouvelle condition.

3. L’identité de genre sera enseignée "de manière adaptée"

dès l’école maternelle

(Mme Belgacem vient d’annoncer les "ABCD de l’égalité" pour "déconstruire les stéréotypes", la circulaire du 17 février 2003 devant être revue en conséquence et à cette fin. Les enseignants auront un module à leur programme de formation initiale et une ligne d’écoute téléphonique assurée par les associations de lutte contre l’homophobie sera promue largement en milieu scolaire. Un guide pratique sera diffusé dans les universités dès la rentrée 2013. Les fédérations sportives seront mobilisées, de même que les colonies de vacances et autres structures d’accueil pour les jeunes.

4. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel sera chargé d’

élaborer avec les radios et télévisions les lignes directives de l’action contre les "préjugés homophobes"

Et enfin, le ministre de la culture sera chargé de "valoriser l’histoire du mouvement LGBT.

5. Plus dangereux encore sur le plan juridique : la France va faire inclure le concept dans le protocole N° 12 de la Convention européenne des droits de l’homme qui s’imposera y compris face à la loi et à la constitution françaises (conséquence du traité de Lisbonne pour ce qui concerne la constitution). Et le droit d’asile sera modifié également en conséquence, les associations LGBT étant chargées de former les personnels de l’office en charge de l’étude des dossiers !

6. Militante à l’ONU, ainsi qu’au Conseil de l’Europe, la France, enfin, organisera dès le début 2013 une grande conférence internationale régionale et ses ambassadeurs soutiendront les ONG associées dans tous les pays.

Tout cela se passe de commentaires : jamais peut-être la situation n’a été aussi grave sur le plan social et éthique, les conséquences de l’abandon de toute référence à la morale naturelle apparaissent en pleine lumière.

Les arguments à opposer :

La première chose à faire est de donner à connaître ce fondamentalisme et d’alerter !

L’argument philosophique est que le genre étant un fondamentalisme culturel et le rejet de toute référence naturelle et scientifique conduisant nécessairement à un totalitarisme monstrueux. En effet, un groupe puissant peut imposer ainsi sa vision purement arbitraire et subjective du monde à l’ensemble de la société par la force s’il le faut, selon un processus qui

ne se différencie en rien des méthodes du nazisme ou du communisme

Un important argument à avancer concerne

les enfants

Toute action de propagande vers les plus jeunes relève d’une volonté inacceptable d’imposer à ces derniers une vision arbitraire d’adulte rejetant une nature par ailleurs évidente.

Enfin, argument décisif : si on écarte tout critère de filiation ou de procréation naturelle au profit d’un libre choix de genre et de sexualité,

on promeut nécessairement la polygamie et l’inceste

en attendant

la pédophilie

En effet, qu’est-ce qui peut s’opposer à des relations à plusieurs ou incestueuses si les prétendus obstacles naturels ne sont que des aliénations et des tromperies d’une société écrasante et artificielle ?


La Route de l’Europe chrétienne - Atelier Lou Barri - 84740 Velleron / France - Tel/Fax 04 90 20 08 70
atelierloubarri@free.fr
Association Loi 1901déposée à la sous-Préfécture de Carpentras et inscrite le 20 novembre 2006 sous le N°084.3.00 4972