Bulletin N° 18

mardi 11 septembre 2012

Donnez-moi, Seigneur le vrai sens des mots, la lumière de l’intelligence et la foi en la vérité, afin que ce que je crois, je sache le dire aux hommes. St Hilaire

La Route de l’Europe chrétienne. Association loi 1901 N° 084.3.00 4972 Re-évangéliser l’Europe.

Sauvegarde de la chapelle Saint-Hilaire. Association loi 1901 N° W843001843 Restaurer l’église St Hilaire de Beaumes de Venise

--------------------------------------------------------------------------------

8 septembre 2012

EDITORIAL Je le ferai volontiers, Seigneur

Chers amis,

Au moment où le bulletin N° 18 vous parviendra, les vendanges auront commencées. Pour nous aussi, il est temps de ramasser les fruits de l’été : ce sont ceux de votre travail qui n’a pas fléchi malgré la canicule.

Avec St Joseph à Velez Rubio en Espagne, St Damien de Veuster à Banneux en Belgique et Ste Jeanne d’Arc à l’Ile Bouchard vous constaterez que les oratoires ont fleuri aux quatre coins de l’Europe et que le chemin de la Visitation de Marie tracé par la Route de l’Europe chrétienne atteint maintenant un nombre de plus en plus grand de ses enfants : 27 oratoires dont 12 pays de la CEE.

« Sauvegarde de la chapelle Saint-Hilaire », dernière création de l’association pour restaurer une église du 6ème siècle en ruines à Beaumes de Venise (84190) est certainement l’engagement le plus audacieux que des chrétiens puissent faire en cette année 2012, marquée par la récession, le chômage et la perspective de guerre au proche Orient. Forts de notre confiance en la Providence, comme saint François d’Assise à San Damiano, chacun de nous est invité à retrousser ses manches et à répondre au Seigneur qui leur demande de restaurer son église : « Je le ferai volontiers, Seigneur. »

Vous verrez sur les photos du dossier le beau travail accompli par le chapitre St Pierre Chanel. Ces garçons et ces filles ont travaillé de façon admirable sous le soleil ardent du mois d’août. Ils ont redressé un mur de pierres sèches de 50 m de long, arraché plus de 40 souches et superbement aménagé la rampe d’accès à la porte sud. Par leurs prières et leurs chants, ils ont clamé à la face du vieux monde peureux leur foi en Dieu et l’enthousiasme qui fait disparaître toutes les difficultés.

Chers jeunes garçons et filles du chapitre,

Merci de tout cœur de votre générosité et pour la qualité exemplaire de votre prestation : elle a versé du baume dans le cœur de vos anciens. Que St Pierre Chanel, votre glorieux patron, vous aide à aller de plus en plus loin : « la moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux. »

Robert Mestelan, Président

« Les hommes batailleront, Dieu donnera la victoire » Jeanne d’Arc

Née en l’Epiphanie 1412, suppliciée le 30 mai 1431, Jeanne d’Arc fut proclamée sainte en 1920 par le pape Benoît XV et elle est fêtée comme « sainte de la Patrie » le deuxième dimanche de mai à la suite d’une loi d’Etat du 10 juillet 1920, promulguée sous la présidence de Paul Deschanel.

Dialogue entre Jeanne et Charles VII, extrait d’un document du 15ème s. déposé à la bibliothèque Vaticane, le « Breviarum historiale » :

  Gentil roi, il me plairait, avant de descendre dans le cercueil, d’avoir votre palais et votre couronne.

  O Jeanne, mon palais et ma couronne sont à toi.

  Notaire, écrivez : Le 21 juin à 4 heures du soir, l’an de Jésus-Christ 1429, le roi Charles donne son royaume à Jeanne. Ecrivez encore : Jeanne donne à son tour la France à Jésus-Christ. Nos seigneurs, à présent c’est Jésus-Christ qui parle : « Moi, Seigneur éternel, je donne la France au roi Charles. »

Notre Seigneur, Roi des Nations, qui reçut ainsi en hommage le don de la France de la part de Jeanne d’Arc, comme Il l’avait reçu mille ans auparavant de saint Rémi et de sainte Clotilde qui, sous l’inspiration divine, en avait fait la « Fille aînée de l’Eglise » par le baptême de Clovis, peut-il se désintéresser de cette terre aimée qui lui appartient ? Pas davantage que la Très Sainte Vierge Marie ne peut abandonner une nation qui lui fut consacrée par vœu solennel le 15 août 1638, faisant de la Mère de Dieu la Reine de la France.

Si des temps troublés viennent à se profiler, si des nuages s’amoncellent à l’horizon, ne craignons pas d’invoquer dans les périls la toute puissante protection du Sacré Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie. Sans oublier l’archange Saint Michel, chef des milices célestes et défenseur spécial de la France qui fut chargé de transmettre à Jeanne les ordres divins.

Pensons aussi à demander l’intercession des saints fondateurs et protecteurs qui poursuivent au ciel leur mission d’ici-bas. En remontant loin dans notre histoire, nous rencontrons sainte Marie Madeleine, apôtre des apôtres qui, selon la tradition, choisit de terminer sa vie en Provence, et aussi Lazare son frère, l’ami intime de Jésus, ressuscité par Lui, qui évangélise la Narbonnaise et fut évêque d’Aix. Nous admirons ensuite saint Martin de Tours, officier romain, évangélisateur des Gaules et fondateur du territoire en paroisses.

Invoquons, à quelque temps de là, la vierge Geneviève qui sauva Lutèce en arrêtant Attila et ses hordes en 451 par la puissance de sa prière.

Plus près de nous, nous avons recours à saint Louis qui fut en son temps le modèle et l’arbitre des princes d’Europe et le chef magnifique de deux croisades, honoré de ses ennemis. Enfin, après tant d’autres saints et martyrs, voici Jeanne d’Arc, jeune fille illettrée et pure, envoyée par Dieu pour délivrer la France ; elle fut général en chef à 17 ans et, telle que David, remporta les victoires les plus inattendues. Elle fit sacrer le dauphin à Reims, faisant ainsi de lui, par l’onction du Saint Chrême dont seuls les rois d’Israël eurent dans l’histoire le privilège, l’égal d’un évêque, un thaumaturge compatissant (« le roi te touche, Dieu te guérit »), le défenseur de la foi et le lieutenant du Christ en son royaume.

Notre secours viendra du ciel, à condition d’agir aussi nous-mêmes : Jeanne disait : « Les hommes batailleront, Dieu donnera la victoire. » La Communion des saints n’est pas une notion abstraite et dépassée : nous affirmons tous les dimanche notre foi en ce puissant mystère par la proclamation du Credo. L’Eglise triomphante à l’aide de l’Eglise souffrante, la voilà l’armée de secours tant attendue par les tacticiens lorsque se joue le sort de la bataille. C’est le grand pape Pie XII qui l’assure : « S’il peut sembler un moment que triomphent l’iniquité, le mensonge, la corruption, il vous suffira de lever les yeux au ciel pour imaginer les légions de Jeanne d’Arc qui reviennent, bannières déployées, pour sauver la Patrie et sauver la Foi. » par Louis Chevalier

Aux participants des voyages de l’association La Route de l’Europe chrétienne :

Notre ami et membre Jean-Claude Constantin a réalisé de superbes tableaux à l’huile de lieux que nous avons visité ensemble :

Prague : Venant du château 61x46 cm

Le carré vert, 55x38 cm

Roumanie : Monastère Varatec, 55 x 38 cm

Italie : Rue de Loreto, 55 x 46 cm

Espagne : Remparts de l’Alhambra Grenade, 33x22 cm

Andalousie : Velez Rubio, 65x50 cm Contact : 06 78 31 41 25


La chapelle St Hilaire, Beaumes de Venise défi des chrétiens du 3ème millénaire

Datant du VIème siècle, cet important édifice, plus proche d’une église que d’une chapelle, est un des premiers témoins de la Provence chrétienne. Depuis 2012, une équipe déterminée de chrétiens s’est dressée pour la restaurer et lui rendre sa vocation d’église.

Situation : La chapelle St Hilaire se trouve sur la colline dominant Beaumes de Venise, au centre de l’oppidum des Courens. A l’est, elle domine Beaumes de Venise, à l’ouest elle se trouve juste au-dessus de la chapelle Notre Dame d’Aubune (XIIème s.). La colline s’étend sur trois kilomètres, depuis les ruines du château de Durban. L’altitude de la chapelle est de 287m, tandis que le village de Beaumes se trouve à la côte 97m. On accède facile-ment à la chapelle par un sentier de randonnée qui traverse les vignes de M. Leydier, propriétaire de la cave Durban (dix minutes).

1.Histoire de la chapelle Aubune fut pendant de longues années un centre chrétien. C’est à cette époque que remonte le couvercle d’un tombeau portant en relief une grande croix de forme singulière. Aussi, l’Abbé Allègre, auteur de la monographie sur Beaumes, n’hésite pas à fixer au VIème siècle la construction de l’église sur les ruines d’un temple païen. Elle fonctionna donc comme église de paroisse jusqu’au VIIIème siècle où elle fut dévastée et incendiée par les Sarrazins. Restaurée au XIIème par quelques moines qui vivaient sous la protection des Seigneurs de Durban, elle fut ensuite complètement abandonnée. Au début du XXème siècle, la parcelle 792 fut acquise par la famille Alliaud. En 2011, cette famille en fait donation au diocèse d’Avignon de même que la famille Anrès, propriétaire de la parcelle 793. La totalité de la surface disponible est de 37 ares.

2.Description de l’édifice Cet édifice roman est bâti suivant le plan traditionnel de la croix latine. La nef très longue (15,75m) pour seulement 4,75m de large indique par cette disposition le signe d’un archaïsme certain. Elle aboutit à un transept de 4m de large pour 7,4m de long et se termine par une abside semi circulaire de 4m de diamètre. La longueur totale de l’édifice est de 25,5m. L’église est tournée vers l’orient, mais sa véritable façade se trouve au midi. Au couchant, une petite porte de service est percée au coin du mur. Trois baies cintrées en meurtrières sur la façade, une autre dans le bras gauche de la croix, une cinquième au fond et au centre de l’abside. Les murs d’un mètre d’épaisseur sont bons dans la face nord et ouest. La face sud à partir du transept et l’abside à l’est sont en mauvais état et à reprendre entièrement. A l’intérieur, la présence d’un mur de refends semble correspondre à une époque où il servait à soutenir la voûte.

3.Situation juridique Le bâtiment est propriété privée. Il n’est pas classé monument historique ni inscrit à l’inventaire. Propriété du diocèse d’Avignon, une association loi 1901, dont les statuts ont été déposés à la Sous-préfecture de Carpentras le 12 mars 2012, a été créée. Aux termes de ceux-ci, le président de l’association est Monseigneur l’Archevêque d’Avignon. M. Robert Mestelan, vice-président, est chargé de conduire les travaux et toutes opérations afférant à la restauration de la chapelle.

4.Les acteurs de la renaissance de St Hilaire D’abord les anciens propriétaires, M. et Mme Pierre Alliaud et M. et Mme Camille Anrès. Non seulement, ils ont donné leur bien, mais ils viennent travailler avec nous. L’association « Sauvegarde de la chapelle Saint-Hilaire », créée fin 2011, forte aujourd’hui de 140 membres donateurs pour l’achat d’une pierre ou plus, se rassemble depuis le 4 janvier 2012 chaque mercredi sur le site pour travailler (débroussaillage, arrachage des souches, réfection des murs en pierre sèche, classement des pierres). Tous les bras sont utiles et nous avons besoin de maçons. Nous travaillons de 8h à 17h avec pique-nique sur le terrain, en juillet/août de 7h à 12h. Adhérez, inscrivez-vous parmi les sauveteurs de cette chapelle qui reprend vie grâce au courage et à l’énergie de tous.

5.Qui était St Hilaire ? Originaire de Poitiers, devenu évêque de cette ville au milieu du 4ème siècle, saint Hilaire fut le grand défenseur de la foi orthodoxe, en s’opposant à l’hérésie arienne, alors triomphante, qui niait la divinité du Christ. Son combat lui valut un exil de quatre ans en Phrygie (Turquie), au cours duquel il écrivit un premier traité théologique (de la Trinité). De retour dans son diocèse, saint Hilaire fut le principal acteur du retour du clergé de Gaule à l’orthodoxie de leur foi. Il accueillit saint Martin dans son diocèse (Ligugé).

6.L’hérésie arienne C’est la doctrine principale contre laquelle Hilaire s’insurgea tout en cherchant à convaincre ses adversaires de leur erreur. Le prêtre Arius qui donna son nom à l’hérésie qu’il professa, était un prêtre originaire d’Alexandrie en Egypte. Il se mit à prêcher que le Christ n’était pas Dieu. Voici le résumé des principales thèses ariennes : Dieu est un éternel et inengendré. Le Verbe a été tiré du néant, il fut un temps où il n’existait pas. Il est seulement le fils adoptif de Dieu. Les trois hypostases de la Trinité ne sont un que par l’accord des volontés. L’évêque d’Alexandrie, saint Athanase, s’éleva immédiatement contre de tels errements et l’émotion fut si forte dans tout le Proche-Orient que l’empereur Constantin, converti au christianisme depuis quelques années, convoqua le concile de Nicée en 325 pour déterminer la position doctrinale de l’Eglise. Le pape de Rome, Sylvestre, y envoya des délégués et trois cent dix-huit évêques étaient présents. Ce concile définit ce que nous appelons aujourd’hui le « symbole de Nicée » que nous récitons chaque dimanche à la messe : « 

Jésus Christ, Fils unique de Dieu, Dieu né de Dieu, vrai Dieu né du vrai Dieu, engendré, non pas créé, consubstantiel au Père

(homoousios en grec). Saint Athanase d’Alexandrie y apparut comme le champion de l’orthodoxie et le prêtre Arius fut exilé ; ils se réfugia en Palestine, puis à Nicomédie où il composa un ouvrage intitulé « Thalie » ou le banquet.

Cependant, plusieurs évêques n’acceptèrent pas la définition de Nicée, en particulier Eusèbe, évêque de Nicomédie. Et sous son influence, Constantin finit par céder aux partisans d’Arius. Il suspendit l’exil d’Arius et exila Athanase à Trèves, au fin fond de la Gaule. Il est difficile de résumer les nombreuses formules de foi qui se sont tenues, se confirment ou se détruisent au cours des nombreux conciles ou synodes qui se sont succédé depuis 330, date du rappel d’Arius, jusqu’en 360 où l’homéisme triomphe à Constantinople. Saint Hilaire n’a pas manqué de souligner aussi bien les inconstances que les variations de ce qu’on a appelé le « semi-arianisme ». Trois appellations désignent les différentes variétés de l’arianisme : Les Anoméens sont les ariens purs pour qui le Fils est dissemblable et n’a aucune ressemblance avec le Père. Les Homéousiens, du grec homoïousios, légèrement différent de homoousios pour lesquels le Fils est de substance semblable, mais non de même substance ou consubstantiel au Père : c’est du semi arianisme. Les Homéens affirment que le Verbe est semblable au Père sans préciser, ce qui sous-entend qu’il n’est pas semblable en tout, donc qu’il n’est pas semblable à Dieu. C’est la doctrine d’Ursace et de Valens qui triomphe à Constantinople en 360 et deviendra la forme définitive de l’arianisme. Cet arianisme qui sera après son élimination en Orient et en Occident vers 362, la religion des envahisseurs germains à l’exception des Francs.

7. Le chapitre St Pierre Chanel du 6 au 17 août, nous avons eu la grâce de recevoir l’aide extrêmement active de 30 jeunes (garçons et filles, 18 – 25 ans) qui sont venus travailler avec nous. Ne ménageant ni le temps, ni leur force, les Chaneliens ont arraché plus de 50 souches, redressé un mur en pierres sèches de 50m de long et aménagés la rampe d’accès à la porte sud avec l’aide du maçon Camille Anrès et de quelques membres. Le Chapitre Saint Pierre Chanel fut créé en 1990, à l’occasion du pèlerinage de Chartres, par un groupe de jeunes gens désireux de s’investir pour la plus grande gloire de Dieu. S’adressant aux jeunes (18-25 ans environ), le Chapitre veut répondre à un manque cruelle-ment constaté : assurer la transition d’une Foi qui nous est transmise par nos parents vers une Foi personnelle, que nous faisons nôtre. Dans un esprit joyeux et actif, il est proposé d’approfondir sa Foi (de la redécouvrir peut-être) par des conférences et des activités pratiques, dans un véritable esprit de Charité fraternelle. Le but du Chapitre est de concourir à la plus grande gloire de Dieu par deux voies : la sainteté et l’apostolat. Pour cela, il s’appuie sur trois repères, les trois blancheurs : l’Eucharistie (convier les âmes au tabernacle, autour duquel est construit la vie intérieure et la vie de chapitre), la Vierge (Aimer Marie et la faire aimer) et le Pape (Là où est Pierre, là est l’Église). Il appuie son action sur l’équilibre de quatre piliers : la Prière, la Formation, l’Action, l’Amitié. En vue de réaliser une Chrétienté (participation à la restauration de la royauté sociale du Christ). Mais par-dessus tout, ce qui définit le Chapitre, c’est l’exercice de la Charité, lien de la perfection : "c’est en donnant que l’on reçoit ; c’est en mourant qu’on ressuscite à l’Éternelle Vie" (Saint François d’Assise). L’aumônerie du chapitre est assurée par les Chanoines Réguliers de la Mère de Dieu, religieux, en majorité prêtres, vivant sous la Règle de saint Augustin à l’Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse. Pierre Louis Marie Chanel est né le 12 juillet 1803 à Cuet, dans les environs de Macon. Après ses études au séminaire de Meximieux, il est ordonné prêtre en juillet 1827. En 1831, il entre chez les Maristes et enseigne au séminaire de Belley. Fin 1837, Pierre Chanel part du Havre pour onze mois de navigation à destination de Futuna, petite île de l’Océanie. Au début, les indigènes et leur roi Niuliki l’accueillent, lui et ses compagnons, et les protègent. Pierre Chanel commence sa mission d’évangélisation auprès de ce peuple où règne encore le cannibalisme. Mais les fruits de sa mission ne sont pas toujours visibles ; malgré tout, il soigne les infirmes, fait tout ce qu’il peut faire pour ce peuple. Il sème le bien autour de lui, si bien qu’on l’appelle Petelo, l’homme à l’excellent coeur. Cependant, les mouvements de conversion s’accroissent peu à peu sur l’île.Voyant cela, le roi Niuliki décide de ne plus protéger le missionnaire, et de ne plus le soutenir.

Mais, en dépit de cela, de plus en plus de Futuniens sont touchés par la grâce, et le fils du roi l’est aussi, ce qui exaspère ce dernier. C’est à ce moment-là qu’il décide d’en terminer avec le christianisme. Le 28 avril 1841, une bande d’indigènes, menée par Musu-Musu, le gendre du roi, font irruption dans la case du missionnaire et le maltraitent, pillant sa demeure. Le père Chanel, ne ripostant pas, dira : "la mort est un bien pour moi". Puis Musu-Musu, saisissant une herminette, frappe le père qui rend son âme à Dieu. Peu après le martyr de Pierre Chanel, le christianisme s’étend très rapidement sur l’île de Futuna, et, quelques années plus tard, la quasi-totalité de la population est convertie au christianisme. Musu-Musu lui même demandera à être enterré à côté de Petelo, et la fille du roi Niuliki deviendra la première religieuse de l’île. Pierre Chanel a été béatifié par le pape Léon XIII le 16 novembre 1889, et canonisé par Pie XII le 13 juin 1954. Il a été proclamé saint patron de l’Océanie, et aujourd’hui, sur son lieu de martyr se trouve la basilique Saint Pierre Chanel qui est un haut lieu de pèlerinage. A Cuet, son lieu de naissance, a été bâti un sanctuaire tenu par la fraternité de Marie Reine Immaculée. Sa fête est le 28 avril.

Epilogue

D’Assise à St Damien, il y a une route réservée aux piétons qui descend toute droite entre les oliviers de la colline et va rejoindre dans la plaine l’antique Flaminia qui par Foligno et Spoleto conduit à Rome. C’est ici, dans une petite chapelle où il y avait une dévotion à un vieux et lourd crucifix en bois où était peinte l’image du Christ avec en bas et sur les côtés les divers personnages du calvaire, que saint François se sentit un jour de l’année 1206 comme poussé à entrer. Et tandis qu’il priait avec ferveur, une voix sortit du crucifix qui le rendit attentif et terrifié : « François, tu vois que ma maison tombe en ruine, va donc la restaurer. » Tremblant et stupéfait, il répondit : « Je le ferai volontiers, Seigneur. » La chapelle St Hilaire ressemble étrangement à la chapelle St Damien, elle en est même une image puissante et toute providentielle qui vient à propos pour secouer notre léthargie. Dégagée aujourd’hui des ronces et des arbustes qui l’emprisonnaient, son appel à la renaissance et à la conversion descend dans la plaine, atteint de plein fouet les paroisses du diocèse dont on aperçoit les clochers, survole Avignon, Arles et Tarascon, puis remontant la vallée du Rhône, parvient jusqu’au cœur de la France, Bourges et Paris.

Chers jeunes du chapitre St Pierre Chanel, chers et courageux bénévoles de l’association « Sauvegarde de la chapelle Saint-Hilaire », notre mission ne fait que commencer. Faisons connaître à tous le grand signe d’espérance qui s’est levé sur la sainte colline. Partout où nous irons, invitons chacun à s’unir à nos efforts pour la plus grande gloire de Dieu, par la sainteté et l’apostolat.

« Donnez-moi, Seigneur
le vrai sens des mots,
la lumière de l’intelligence
et la foi en la vérité,
afin que ce que je crois,
je sache le dire aux hommes. »

(St Hilaire de Poitiers)

Agenda

tous les mercredi : travail à la chapelle St Hilaire (9h30 – 17h avec pique-nique)

dimanche 30 septembre : St Michel à Velleron avec Monseigneur J.-P. Cattenoz

Messe à 10h suivie de la procession à l’oratoire, déjeuner partagé au vieil hôpital

16h rosaire pour la France

samedi 20 octobre : Assemblées générales à Beaumes de Venise (invitations et programmes ci-après)

samedi 8 décembre : bénédiction de l’oratoire N.D. la Brune au château du Barroux



Un grand MERCI à tous nos adhérents pour votre générosité et vos prières !



Invitation à la première assemblée générale de l’association « Sauvegarde de la chapelle Saint-Hilaire »

Le samedi 20 octobre 2012 :

9h30 Messe à l’église de Beaumes de Venise par M. le Curé, Marcel Bang

10h30 assemblée générale à la salle paroissiale, Beaumes

12h30 déjeuner au restaurant (15€ inscription avec le bulletin ci-joint)

L’après-midi : visite de la chapelle St Hilaire



Voyage-pèlerinage 2013

du 29 juin au 8 juillet 2013 : Aux sources de l’Europe chrétienne : Autriche, République Tchèque, Pologne, Slovaquie et Hongrie

L’été nous a permis de reconnaître le voyage aux sources de l’Europe chrétienne que l’association organise pour ses adhérents :

Programme :

Le voyage commence à l’aérodrome de Vienne qu’il faudra rejoindre à vos frais avant 14h le 29 juin 2013 (p.e. Paris-Vienne Air France 143€, Nice-Vienne Austrian Airlines 180€). Nous étudions aussi la variante en car avec Philippe : ça rallonge un peu le voyage, on pourrait prendre des passagers à Lyon, ce serait plus facile pour les bagages. Nous réfléchissons et nous vous tiendrons au courant.

1er jour : Départ en car pour Velehrad, prière à l’oratoire bâti en 2007, messe à la basilique, dîner et coucher à l’hôtel de Velehrad

2ème jour : Départ pour Olomouc, visite de la ville et déjeuner, puis départ pour Wadowice, prière à l’oratoire bâti en 2006, sainte messe, dîner et coucher chez les Carmes

3ème jour : sainte messe, visite de la maison natale du bienheureux Pape Jean-Paul II et de la basilique, de la maison Edmund Wojtyla, déjeuner, chemin de croix classé par l’Unesco à Kalwaria Zebrzy-dowska, dîner et coucher chez les Carmes

4ème jour : Cracovie : le Wawel, le centre ville, déjeuner au centre mondial de la Misericorde à Lagiewniki, prière du chapelet de la Misericorde à 15h suivi de la messe, départ pour l’est de la Slovaquie, dîner et coucher à l’hôtel Atrium à Spisska Sobota

5ème jour : visite de l’église de Spisska avec un tableau monumental de St Georges qui a lui seul vaut le voyage, puis du château de Spisska Pohradie, déjeuner, messe au sanctuaire de Levoca, dîner et coucher à l’hôtel Atrium

6ème jour : Mouvement sur Nitra, déjeuner au séminaire, visite de la ville, dîner et coucher au séminaire

7ème jour : ce 5 juillet 2013 se fêteront les 1150 ans de l’arrivée des frères Cyrille et Méthode pour évangéliser les pays Slaves. Il y aura donc de grandes festivités auxquels nous assisterons, sainte messe au centre ville, l’après-midi visite d’un ermitage dans les environs puis bénédiction de l’oratoire que nous sommes en train de bâtir avec l’évêché de Nitra, dîner et coucher au séminaire

8ème jour : Départ pour la Hongrie. Bénédiction de l’oratoire à St Martin, visite de l’abbaye de Pannonhalma, dîner et coucher à la Natural Pension Györ

9ème jour : Messe et déjeuner à Györ, départ pour le sanctuaire Maria Dreieichen en Autriche. Bénédiction de la superbe stèle à la Sainte Trinité que l’association contribue à restaurer et à déménager. Dîner et coucher à Znojmo (Rép. Tchèque)

10ème jour : Visite du château de Schönbrunn, déjeuner, l’après-midi la cathédrale St Etienne, puis départ pour l’aéroport et vol retour en France.

Prix séjour et transport en Europe centrale : de l’ordre de 400€. Pré-inscription avant le 20 octobre auprès de Mme Mestelan, 64 rue de la Frâche, 84740 Velleron, Tél. 04 90 20 08 70 ou atelierloubarri@free.fr aussi pour toute question concernant vol, logement, déroulement.



Invitation à l’assemblée générale de l’association « La Route de l’Europe chrétienne »

Le samedi 20 octobre 2012 :

9h30 Messe à l’église de Beaumes de Venise par M. le Curé, Marcel Bang

10h30 assemblée générale à la salle paroissiale, Beaumes

12h30 déjeuner au restaurant (15€ inscription avec le bulletin ci-joint)

L’après-midi : visite de la chapelle St Hilaire



Le grand pardon de Ste Anne d’Auray le 26 juillet 2012

par Jacqueline Picoche

Quelle joie de revivre une fois encore le grand pardon de Ste Anne d’Auray ce 26 juillet 2012, par grand beau temps ! Toujours autant de monde. Les parkings qui regorgent, des milliers de personnes qui se côtoient sans se bous-culer, dans le vaste domaine, grâce à la parfaite organisation, bien rôdée, tous les bénévoles connaissant leur rôle à la perfection. Que je ne sois jamais arrivée à décider aucun de vous à m’accompagner à cette grande fête qui est un peu à la Bretagne ce qu’est la Semaine Sainte à Seville, ça me stupéfie. Que les caméras de la télé en soient toujours rigoureusement absentes, alors que les grands médias ne perdent pas une occasion de nous parler du ramadan et de fêter l’inauguration des « mosquées cathédrales », ça ne me stupéfie pas, mais ça me rend furieuse, car enfin, si nos grands rassemblements religieux étaient un peu médiatisés, ça donnerait à réfléchir aux musulmans vantards qui se font forts de transformer d’ici 2050 et pourquoi pas 2030 la France en République Islamique. Déchristianisée la Bretagne ? Pas tant que ça…

En tête de la procession marchent les Bretons et Bretonnes en costume traditionnel, portant de magnifiques bannières et chantant en breton et en français, plus nombreux que jamais, des vieux pour la plupart, mais aussi pas mal d’ados avec leurs grands-parents et deux jeunes ménages avec leurs enfants, tout ce monde-là portant coiffes et chapeaux ronds, tabliers et gilets brodés. Viennent ensuite la statue dorée de Ste Anne portée par des marins, une grande maquette de voilier et une maquette d’église portée par des nègres. Tiens donc, qu’est-ce que ça fait là ? Viennent ensuite les chevaliers de l’ordre de Malte, dans leur grand manteau, des infirmes en fauteuils roulants poussés par des bénévoles, une longue suite de clercs en aube, des séminaristes et pour finir quelques évêques et pères abbés des abbayes bretonnes (mais pas les mères abbesses des abbayes féminines, restées dans leurs cloîtres !) portant mitres et crosses. Quels spectacle, quand tous ces gens là, avec leurs bannières, sont rangés sur les deux escaliers en fer à cheval qui montent jusqu’en haut du Mémorial où est célébrée la messe… par qui ? je vous le donne en mille ! par l’archevêque de Brazzaville, Mgr Anatole Milandou ! Parce que, figurez-vous, St Anne est présente aussi à Brazzaville. Ca demande tout de même un minimum d’explications et si on le voulait, ça pourrait être grandement médiatisé.

La cathédrale Ste Anne de Brazzaville fut construite entre 1943 et 1951. Pourquoi la dédier à Ste Anne ? Parce que l’entreprise avait été conçue par des missionnaires bretons, dont plus d’une centaine étaient originaires du diocèse de Vannes, comme nous l’a rappelé Mgr Centène. C’était leur sainte préférée, voilà tout. Ce fut en plein air une belle, grande et bonne cérémonie au cours de laquelle j’ai prié pour tous les grands-parents de ma connaissance et pour leurs petits-enfants, et puis aussi pour les jeunes familles, et pour ceux qui attaquent tellement la famille normale… Ste Anne et son époux St Joachim devraient, si on les en priait bien, pouvoir améliorer la situation. Parents de la Sainte Vierge, ils étaient la grand-mère et le grand-père du petit Jésus. Être grands-parents de la deuxième personne de la Sainte Trinité, ce n’est pas rien tout de même, ce n’est pas donné à tout le monde. Jacqueline Picoche

Association « La Route de l’Europe chrétienne » 64 rue de la Frâche 84740 Velleron, Tél. 04 90 20 08 70 recsthilaire@gmail.com www.route-europe-chretienne.fr

Association « Sauvegarde de la chapelle Saint-Hilaire » 64 rue de la Frâche 84740 Velleron, Tél. 04 90 20 08 70 contact@chapellesainthilaire.fr www.chapellesainthilaire.fr


La Route de l’Europe chrétienne - Atelier Lou Barri - 84740 Velleron / France - Tel/Fax 04 90 20 08 70
atelierloubarri@free.fr
Association Loi 1901déposée à la sous-Préfécture de Carpentras et inscrite le 20 novembre 2006 sous le N°084.3.00 4972