Bulletin N° 15

mardi 8 mai 2012

N° 15

11 février 2012

EDITORIAL « Avant qu’il ne soit trop tard »

Chers amis,
Le 29 septembre 2011, en la fête de l’archange saint Michel, le père Daniel Ange, fondateur de « Jeunesse Lumière » a écrit un texte prophétique dont tous les mots brûlent, en raison de la gravité de la menace qui pèse sur l’humanité avec l’imposition de cette imposture, de cette escroquerie, de cette manipulation, je veux parler de la théorie du genre qui met en gravissime péril toute la race humaine. Tout est à lire (sur notre site dans la rubrique : défense de la Vie), mais par manque de place, l’éditorial de ce n° 15 publie seulement sa conclusion. Nous la faisons nôtre : oui, redressons-nous et résistons.
Robert Mestelan

« Oui, réagissons. Redressons-nous ! Résistons ! Avant que nos révoltes ne déclenchent la révolte de Dieu contre ce qui détruit sa tant aimée humanité. Avant que nos colères d’ados gâtés, ne provoquent sa Colère de Père rejeté. En tout cas, moi je suis indigné, révolté, écœuré. Il m’arrive d’en être réveillé la nuit. Quand l’enfant dans son innocence, l’ado dans sa fragilité, le jeune dans sa vulnérabilité sont ainsi trompés, quand on leur ment, quand on leur vend de la nourriture empoisonnée, comment dormir tranquille ? Avec tant et tant de parents, d’éducateurs, je n’en puis plus de voir tant de jeunes déjà abîmés, blessés, traumatisés, ou simplement déstabilisés, désorientés, déroutés ( sur le bas-côté de la route ou dans le ravin). Et que tout semble fait pour qu’ils le soient encore davantage. Je crie : non et non ! Stop à la destruction ! Arrêtez de tirer ! Détruisez vos obus, désamorcez vos grenades ! Ils ont déjà fait assez de dégâts. Tous ce gâchis, ne suffit-il pas ? Pourquoi ? Mais pourquoi donc cet acharnement à détruire la famille par tous les moyens ? Veut-on vraiment créer des sociétés saccagées par la délinquance, la violence, le crime ? N’y a-t-il déjà pas assez de familles en ruines, d’enfants et d’ados désespérés parce que non aimés et dont la violence est le seul cri ? N’avez-vous donc pas d’enfant à vous pour que vous massacriez ceux des autres ? N’avez-vous donc jamais rêvé d’une famille unie, d’une épouse fidèle, pour bombarder ainsi nos familles ? Arrêtez ! Convertissez-vous ! Mettez-vous à reconstruire après tant de ruines. La guerre à l’humanité, déclarez-la terminée. Au moins une armistice. Que nous puissions reprendre souffle. On n’en peut plus ! On en a marre ! On sursature ! Pitié, pitié, pitié pour ce continent jeune suffisamment mitraillé. Je tremble pour vous. La mort, ça vient vite. N’importe où, n’importe quand. Peut-être demain. Personne n’échappera au jugement. Je ne veux pas que vous ayez du sang sur les mains. Je veux vous éviter un mauvais quart d’heure devant un certain Enfant. Cet Enfant, cet Ado, ce Jeune qui sait ce qu’est l’enfance, l’adolescence et la jeunesse pour les avoir lui-même traversés. Mais qui est aussi le Maître de l’histoire, le Seigneur de notre humanité, prunelle de ses yeux. Et qui a osé déclarer : qui touche à un enfant, c’est Moi qu’il touche !

L’Artiste génial nous a tellement créés Homme ou Femme que nous le serons en plénitude éternellement. Au Ciel, Jésus demeure à tout jamais un homme, l’Homme par excellence, et Marie une femme. En ce Ciel où les genders n’auront plus cours. Au Donateur de vie, à la Source jaillissante de l’amour, à lui seul, le mot de la fin, la victoire de demain. Donc, à nous dès maintenant sa victoire. Combattons en grands vainqueurs que nous sommes déjà. Sans peur, sans honte, sans reproches. En chevaliers de la vie. En acteurs de l’amour. En témoins de la beauté. En serviteurs de la Vérité. Vie, amour, beauté, vérité qui se manifestent dans cette cime lumineuse de tout le cosmos : l’homme, la femme et l’enfant : icône vivante de la famille Trinitaire. Plus haut chef d’œuvre du cosmos parmi toutes les galaxies, prunelle des yeux de Dieu. » Père Daniel Ange

Nouvelles des oratoires

Nous confions à vos prières les oratoires de Santorin pour la Grèce, de Clervaux pour le Luxembourg, de Loreto pour l’Italie et de Maria Dreieichen pour l’Autriche : il y a des lueurs d’espoir pour les uns, pas de nouvelles pour les autres. Que la Très Sainte Vierge Marie et son très chaste époux nous aident à surmonter les difficultés et terminer ce qui est commencé pour la plus grande Gloire de Dieu.

Le bas-relief du bienheureux Pape Urbain V est arrivé à Bédouès, dès que le temps le permet, les travaux devraient commencer. Le bas-relief des saints Cyrille et Méthode pour l’oratoire de Nitra en Slovaquie est commandé et sera acheminé avant les vacances d’été. L’oratoire de Banneux en Belgique est presque terminé et saint Damien pourra dès la fin du froid, prendre place dans son écrin. Merci pour votre participation et pour vos prières. On continue.

Avec sainte Jeanne d’Arc pour sentir s’éveiller en soi l’espérance

A l’occasion du 600ème anniversaire de la naissance de sainte Jeanne d’Arc, la Route de l’Europe chrétienne organise un pèlerinage en car à Sainte Catherine de Fierbois et l’Ile Bouchard les 29, 30 et 31 mai.

Ces deux modestes bourgades ont accueilli Jeanne lors de sa marche héroïque entre Vaucouleurs et Chinon. « Selon une tradition bien établie, le 6 mars 1429, Jeanne d’Arc, allant rencontrer le roi Charles VII à Chinon, est entrée dans l’église Saint Gilles et y a entendue la messe ».

Voilà pourquoi, grâce à la coopération de Monsieur le curé et de Monsieur le Maire, l’association a pu faire réaliser une plaque (dessin ci-après) qui sera solennellement apposée et bénie le 30 mai à l’issue de la messe. En cette année Jeanne d’Arc, c’est le plus bel oratoire qu’on pouvait rêver !

Encore aujourd’hui, où tous les grincheux et les hargneux n’en finissent pas de se déchirer, nous allons méditer ensemble sur ses chemins pour sentir s’éveiller en nous l’espérance et faire renaître la confiance. Jeanne n’est ni une sainte de carton pâte, ni une fanatique, c’est une petite Française de 19 ans, fière de son roi, sûre de sa foi et qui n’a par ailleurs aucun goût pour la souffrance. Son histoire, témoigne de l’amour de Dieu pour les Français qui n’est jamais fini.

Programme

29 mai 6h départ en car du parking de l’église du Sacré Cœur à Avignon
10h Le Puy-en-Velay : messe et visite de la cathédrale, déjeuner au Grand-Séminaire
14h déplacement sur Nevers : prière à sainte Bernadette, dîner, coucher chez les sœurs

30 mai 8h départ pour Ste Catherine de Fierbois, visite de la chapelle, itinéraire
12h installation et déjeuner à Chézelles
14h30 Vidéo, visite, chapelet à l’Ile Bouchard
18h30 messe suivie de l’inauguration de la plaque, pique-nique
conférence sur sainte Jeanne d’Arc, coucher à Chézelles

31 mai 8h départ pour l’abbaye Notre Dame de Fontgombault
10h messe à l’abbaye puis retour en Provence avec pique-nique en route
vers 20h30 retour au Sacré Cœur d’Avignon

Prix : 200 € tout compris sauf le pique-nique du retour sur l’autoroute

Inscriptions : à Mme Claudia Mestelan, Tél. 04 90 20 08 70, atelierloubarri@free.fr

Voyage-pèlerinage en Espagne du 17 au 24 mars 2012


Lorsque vous recevrez le bulletin N° 15, nous ne serons plus qu’à quelques jours de notre départ. Avant de nous élancer sur les chemins des grands mystiques Espagnols (saint Ignace, sainte Thérèse d’Avila, saint Jean de la Croix) quelques conseils et de petits changements dans le programme du déroulement de la première journée :
  ne vous chargez pas trop, prévoyez une valise légère et un sac de voyage avec l’indispensable pour passer une nuit dans sept hôtels ou monastères différents.
  le programme de la journée de samedi a été légèrement modifié : samedi 17 mars : départ à 6h du parking de l’église du Sacré Cœur d’Avignon. Itinéraire : Montpellier – Perpignan – Girona – Barcelone. Messe à 12h30 dans la crypte de la Sagrada Familia par M. le Chanoine Trauchessec suivi du pique-nique dans le jardin Béatrice de Provence. Déplacement et courte visite de la cathédrale de la Sainte Croix et de Sainte Eulalie qui contient la croix miraculeuse de la bataille de Lépante et les corps de sainte Eulalie (vierge martyre à 13 ans, patronne de Barcelone) et de saint Raymond de Penyafort (dominicain de Barcelone), puis départ pour Manrèse où saint Ignace arrivant après sa conversion médita et conçut les exercices spirituels. Visite de la cova (grotte). Déplacement pour Montserrat, vénération de la Moreneta, patronne de la Catalogne. Logement à l’hôtel America à Ingualada. Les participants à ce pèlerinage venant d’autres régions seront accueillis la veille (le 16 mars) par les adhérents Provençaux qui viendront les chercher à la gare, les logeront et les amèneront pour 6h à Avignon le 17 mars. Nous nous réjouissons de les accueillir et ce sera une occasion rêvée pour renforcer nos liens d’amitié et construire les bases de l’Europe chrétienne qui reposent sur l’a mour de nos frères. Il nous restent encore quelques places. Les invités de la dernière heure sont donc cordialement invités à sortir de l’ombre et à nous rejoindre.

Billet d’Italie N° 25


Extrait du père Marc Flichy, Aumônerie France, Loreto, Italie
Il faut dire que la Province des Marches est pénétrée de l’esprit de saint François. On l’appelle aussi « terre des Fiorettis ». Le parti radical des franciscains, animé de la ferveur primitive a en effet fleuri dans les Marches où étaient implantés de notables « spirituels », appelés aussi « zelanti ». Pour faire bref, di-sons que l’histoire des familles franciscaines est un enchevêtrement de bagarres et de scissions engendrées par les réformes successives. Le vulgaire que nous sommes, doit renoncer à y voir clair. Il faut reconnaître que le charisme franciscain toujours soucieux d’obéissance à la hiérarchie est, par nature, un peu fâché avec l’institutionnalisation ! Mais à travers cette pagaille noire, que de délices offerts à l’âme simple et contemplative ! Que de belles figures capables de fasciner et d’informer le peuple de Dieu ! On pourrait faire un portrait robot du franciscain qui attire les foules. Au départ, Dieu choisit pour son œuvre un « bon à rien », manuellement nul, intellectuellement nul. Ou bien c’est le cas inverse : un garçon de noble famille, diplômé de l’université, se convertit brutalement. Le candidat aux autels entre alors dans un protocole de sanctification assez typé. Pénitence de bête, mépris des études, choix du crucifix comme livre unique et, assez souvent, refus du sacerdoce. Dans ce dernier cas, le « frère convers » gravite dans des charges obscurs. Il devient quêteur, cuisinier, portier, jardinier, infirmier. Le ciel, content de la prière diurne et nocturne du dit frère, le manifeste à travers extases, lévitations, miracles nombreux et pittoresques. Saint Séraphin de Montegranaro est morigéné par son supérieur parce qu’il donne aux pauvres les produits du jardin. Au cours de la nuit suivante, les tiges coupées la veille, se couvrent de légumes. Les nobles, les bourgeois, les pauvres gens, les malades font également l’objet de guérisons et de prodiges divins. Ce mélange de conditions est important ; les franciscains ne sont pas marxistes. Comme saint François, ils prêchent la réconciliation des classes. Les animaux participent à leur manière à l’œuvre de paix. On voit sur une peinture un âne ensanglanté ; le loup, auteur du méfait, baisse la tête et reçoit du saint local une verte semonce avec invitation formelle à ne plus jamais recommencer ! Autant dire, qu’il n’y a pas besoin d’avoir fait Centrale pour apprécier ce genre de leçons. La pastorale italienne, ça marche un peu comme ça !

La chapelle saint Hilaire sauvée des ronces et de l’oubli


Depuis le mercredi 4 janvier, l’association « Sauvegarde de la chapelle Saint-Hilaire » constituée sous l’égide de la « Route de l’Europe chrétienne », s’est lancée avec courage et détermination dans le dégagement du site au-dessus de Beaumes de Venise. Le glacial mois de février n’a pas facilité l’exécution des travaux, mais les contacts indispensables ont été pris et Jean-Claude Constantin a pu réaliser tous les plans. A ce jour, plus de 30 nouveaux membres se sont inscrits, des dons généreux ont été reçus et le 14 janvier, la fête de saint Hilaire a réuni cinquante personnes pour une messe dite par le père Marcel Bang, curé de Beaumes. Monseigneur Cattenoz, maître d’ouvrage en est le Président, votre serviteur, maître d’œuvre délégué devient Vice-président et Monsieur Renaud Ducastelle, architecte départemental des monuments de France, notre mentor pour sauver et restaurer une chapelle du 6ème siècle, patrimoine de la Provence chrétienne et donnée par deux familles généreuses au Diocèse.
Le mercredi Saint 4 avril, vous êtes tous cordialement invités au Chemin de Croix partant de Notre Dame d’Aubune à 14h30 qui conduira tous les participants à la chapelle saint Hilaire. Une petite heure de marche vous permettra de découvrir la chapelle et de connaître le chantier.

Les chrétiens persécutés


Jacqueline Picoche nous a envoyé le compte-rendu de la manifestation pour les chrétiens persécutés à laquelle elle a assisté à Paris le 8 février dernier : « Reportage exclusif, oui exclusif, parce que il n’y avait pas de caméras. La télé ne vous en parlera pas, la radio non plus (sauf Radio Courtoisie), ni les grands journaux. Les chrétiens persécutés, ils s’en foutent ! Et surtout, ils ne veulent pas vexer les persécuteurs. Ce serait bien rare que même la Croix ou KTO nous fassent l’honneur d’un petit reportage. On a l’habitude d’être invisibles. Nous étions pourtant assez pittoresques avec nos bonnets, nos écharpes et nos flambeaux. Il y avait du monde, oui, mais sans commune mesure avec la foule qui a défilé contre les spectacles christophobiques. La faute à la météo ! Et puis, ce n’était organisé que par Chrétienté Solidarité, Civitas ne s’en était pas mêlé, ni, bien sûr, les paroisses ! Toute l’organisation reposait sur les épaules de Bernard Antony qui nous a fait un vibrant discours de conclusion et qui n’a pas oublié les persécutés des pays extra-islamiques : ceux des Indes, de Chine, de Corée du Nord.
Je ne regrette pas d’y être allée ni d’avoir snobé pour la circonstance un petit concert consacré aux mélodies écrites sur des poèmes de Verlaine à l’amphi Bastille assurément plus chaud que la place du Trocadéro où, malgré mon emmitouflage j’ai eu pendant une heure et demie les pieds et le nez qui gelaient. Mais on était bien contents de prier pour nos malheureux frères dans une ambiance pas trop confortable. Des vues significatives étaient projetées sur un écran pendant les discours des orateurs. On a entendu, mais pas vu Joseph Fadelle, trop menacé pour être exposé sur une estrade (on a vu que son traducteur), mais entendu et vu, en chair et en os, Mohamed Christophe Bilek de Notre Dame de Kabylie, un Nigérien catholique qui nous a parlé des massacres de là-bas, le père Pagès qui nous a rappelé qu’un pape du 14ème siècle nommé Calixte (je n’ai pas noté son numéro d’ordre) avait recommandé la prière de l’Angélus pour la conversion des musulmans, un jeune prêtre de la Fraternité St Pierre, le pasteur Oujibou et surtout, des Egyptiens coptes orthodoxes, dont le président de l’association des droits de l’Homme de là-bas, qui nous a parlé des différentes formes de la persécution. Insistance bien sûr sur des drames de femmes : en Egypte nombreux enlèvements de jeunes filles coptes mariées de force à des musulmans, qui ne revoient jamais leur famille. Cela se passe avec la complicité de la police et de la justice, les coupables n’étant jamais découverts. Mohamed Christophe nous a lu (psalmodié en arabe, avec traduction simultanée) un long poème qu’il a consacré à la première martyre chrétienne arabe d’Arabie Saoudite, une jeune femme nommée Fatima qui avait réussi à se procurer l’Evangile et avait enregistré sur son ordinateur des textes chrétiens. Son propre frère, ayant découvert la chose, l’a condamnée à mort avec l’approbation de sa mère, et elle a été brûlée vive. Ca se passait en 2008. Tous affirment qu’il y a beaucoup de musulmans intéressés par le Christ, qui se convertissent. »

Asia Bibi

Dans un champ du Penjab, Asia va jusqu’au puit le plus proche, prend un gobelet et boit de l’eau fraîche (il fait 45°). C’est alors que sa voisine, par bêtise, crie que cette eau est celle des femmes musulmanes et qu’Asia, chrétienne, la souille en s’en servant. Le ton monte et soudain un mot fuse : « blasphème ». Au Pakistan, c’est la mort assurée ! C’était le 14 juin 2009. Asia, mère de cinq enfants, est jetée en prison. Un an après, elle est condamnée à mort par pendaison. Depuis, elle croupit dans une cellule sans fenêtre. Deux hommes lui sont venus en aide : le gouverneur du Penjab et le ministre des minorités, un musulman et un chrétien. Tous deux ont été assassinés sauvagement. Ne la laissons pas seule au fond de sa prison. Prions, faisons dire des messes pour elle et ouvrons les yeux sur toutes les violences que subissent nos frères chrétiens.


La Route de l’Europe chrétienne - Atelier Lou Barri - 84740 Velleron / France - Tel/Fax 04 90 20 08 70
atelierloubarri@free.fr
Association Loi 1901déposée à la sous-Préfécture de Carpentras et inscrite le 20 novembre 2006 sous le N°084.3.00 4972