Bulletin N° 12

vendredi 7 janvier 2011

EDITORIAL Vive la Vie !

Chers amis,

A la fin d’une année particulièrement difficile pour l’Eglise et les chrétiens, notre bien-aimé Pape Benoît XVI a tenu dans son message de Noël à nous conforter en nous replaçant dans la perspective du Dieu qui nous habite : « Dieu n’est pas lointain : Il est proche. Il est l’Emmanuel, Dieu avec nous. Il n’est pas inconnu, Il a un visage, celui de Jésus. » « Le Fils, Lui-même est la Parole de Dieu, Il est le Logos : la Parole éternelle s’est faite petite, si petite qu’Elle peut entrer dans une mangeoire » (Verbum Dei).
« Ce petit Enfant a allumé parmi les hommes la lumière de la bonté et leur a donné la force de résister à la tyrannie du pouvoir. » Mais il est vrai aussi, que le bâton du tortionnaire n’a pas été brisé. Aujourd’hui aussi marchent, bruyantes, les chaussures des soldats et toujours encore et toujours de nouveau, il y a le marteau couvert de sang (Is 9,35).
Voilà des affirmations en ce début d’année qui nous mettent à l’abri de toutes les séductions, de toutes les intimidations, qui enrichissent nos cœurs, transforment nos vies et devraient illuminer nos visages.
Avant de repartir au printemps sur un nouveau chemin de pèlerinage avec Saint Philibert, avant d’écorcher nos mains en bâtissant de nouveaux oratoires ou en plantant des croix, pleins de gratitude pour le don reçu de l’Amour de Dieu, puissions-nous tous devenir des « personnes de paix ». Faisons confiance à la vie, aimons-la et faisons tout pour la défendre.

Le 23 janvier je vous demande d’être les plus nombreux possible à Paris pour soutenir la Marche pour la vie : rendez-vous à 14h30, Place de la République. Après le beau succès des veillées pour la vie naissante qui ont pu se dérouler en France dans la presque totalité des diocèses, tous les espoirs sont permis. Continuons à prier. Comme vient de le rappeler le Duc de Kent : « L’avortement aujourd’hui est pire qu’Al Qaïda. Il s’agit d’une cascade de destructions, historiquement sans précédent, frappant les individus : des fils, des filles, des sœurs, des frères, de futurs époux et amis, des mères et des pères – détruits sous la forme de ceux à qui nous devons, très simplement et très certainement, la plus grande solidarité et le plus grand devoir de soins parce qu’ils sont les plus faibles et les plus dépendants de nos frères en humanité. Il faut d’abord qu’il y ait ces vies humaines pour que nous puissions nous en préoccuper. En négligeant ce fait évident de la dette que nous devons, immédiatement, à l’enfant à naître – qui doit pouvoir naître (et n’oublions pas que nous aurions tous pu subir le même sort avant notre naissance), les instincts les plus profonds de l’humanité sont piétinés et détruits. »
En ce moment, il y a une française, Anne-Marie Michel, partie de Québec à pied fin mai, qui marche et prie pour la défense de la vie. Elle parcourt les derniers 800 km qui la séparent du sanctuaire de Notre Dame de Guadalupe à México. Unissons nos prières aux siennes pour que la Très Sainte Vierge Marie, Mère Admirable et Mère de Toutes Grâces, Notre Dame de Guadalupe, nous offre comme à Lépante sa protection et sa victoire sur la culture de mort. Ceux qui habitent en Provence pourront venir unir leurs prières aux siennes en allant rendre visite au bel oratoire sur la petite colline du Tepeyac qui domine le monastère Sainte Madeleine du Barroux.
Enfin, je vous invite tous à regarder « Du souffle au chœur » pour connaître la belle histoire de Jeanne Barbey http://www.ktotv.com/videos-chretiennes/emissions/les-grands-entretiens/les-grands-entretiens-jeanne-barbey,-du-souffle-au-choeur/00052272. Atteinte de Mucoviscidose, elle avait toutes les raisons du monde pour s’enliser, se désespérer et perdre la foi. En réalité, c’est elle qui nous arrache à nos gémissements, nos inquiétudes et nos plaintes, elle nous communique une formidable envie de vivre, de créer, d’avancer, de communiquer la joie autour de nous, de chanter la Gloire de Dieu et de L’adorer. Bonne année à chacune et à chacun et vive la vie !
Robert Mestelan, Président



La Bonne Mère au Chili

( Bulletin de la CRC, novembre 2010) : C’est une société marseillaise, Foraco International qui venait de racheter la société de forage chilienne Adviser Drilling , lorsque le 5 août 2010, à San José (800 km au nord de Santiago du Chili) à la suite de deux éboulements dans une mine de cuivre et d’or, 33 mineurs se trouvèrent bloqués à 700 m sous terre, dans un espace de 50 m2 et un couloir de 1,km8 de long. Le ministère des mines estimait “faibles“ les probabilités de les retrouver en vie, mais la société de forage continuait à sonder en tâtonnant, lorsqu’au bout de 17 jours, elle atteignit leur refuge. Bien fort l’incroyant qui n’aurait pas prié sous terre, en pareille circonstance. Or, ils étaient croyants et même cathos, comme la majorité des Chiliens, et s’étaient occupés principalement à réciter leur chapelet jusqu’à ce 17e jour qui était le 22 août, fête du Cœur Immaculé de Marie. Vous pouvez penser si, par ce premier petit conduit on leur a envoyé des bouteilles d’eau, des aliments, des médicaments, et même des chapelets bénis par le pape, pour les faire patienter ! On eut enfin la possibilité de les remonter, un à un, par un puits de 60 cm de large, au moyen d’une nacelle de 2,5 m de long. Il n’y avait pas d’obèse parmi eux et tous les 33 atteignirent la surface sains et saufs. C’était le 13 octobre, 93e anniversaire du grand miracle du soleil dont des foules entières avaient été témoins à Fatima, le 13 octobre de l’année cruciale 1917. Ceux qui ne seraient pas au courant de ce miracle vraiment extraordinaire n’ont qu’à demander à Google. Quelques pieux Marseillais et beaucoup de Chiliens durent se dire que Notre-Dame de la Garde les avait bien gardés, et que peut-être même, San José y était pour quelque chose. Et la foule des aveugles, à travers le monde, n’y comprit rien.

Conférences « La Route des Anges »

Tournée du Var
25 janvier 2011 Toulon
26 janvier 2011 Cotignac
Institution St Joseph, Draguignan
27 janvier 2011 Radio Maria
Nice (Pénitents Rouges)


Tournée Charles Quint
18 février 2011 Randol
19 février 2011 St Aignan s/Cher
20 février 2011 Attigny, Charleville
21 février 2011 Givet
22 février 2011 Bouillon
23 février 2011 Banneux
24 février 2011 Clervaux


Un homme averti en vaut deux

 : Fallait-il les interdire, ces “Assises contre l’islamisation de l’Europe“, susceptibles d’engendrer “haine, xénophobie et troubles“, ce colloque, organisé par le Bloc identitaire et Riposte laïque le 18/12/10 à Paris ? C’était l’avis du maire Delanoë, mais pas celui du préfet de police qui se contenta de mettre solennellement en garde les organisateurs et les participants : Des fonctionnaires de police assisteront à cette réunion, et seront chargés de “rapporter tout trouble à l’ordre public“ ou “tout élément justifiant une transmission au Procureur de la république“. Il tient particulièrement à l’œil ceux qui avaient naguère employé les expressions blasphématoires de Soupe au cochon et Apéritif saucisson-pinard, car enfin, s’ils n’avaient rien dit, on n’aurait pas été analyser la soupe qu’ils distribuaient aux SDF, et s’ils s’étaient contentés de boire un coup et de déguster silencieusement leurs sandwiches dans un square du XVIIIe arrondissement, on ne leur aurait pas cherché noise. Paroles coupables qui excitent contre les parleurs une vingtaine d’associations et de partis de gauche, contre-manifestants potentiels. La préfecture avait donc déployé sur la voie publique tout un “dispositif de sécurité” qu’il fallait franchir pour parvenir à une salle bondée, si on ne faisait pas partie des 400.000 internautes qui, grâce à bivouac-id.com, suivirent la séance en direct sur leur ordinateur. Venus des quatre coins de l’Europe et même des Etats-Unis, les courageux intervenants ont tous comme point commun d’être de farouches opposants à l’islamisation de leurs pays. Mais pas tous pour les mêmes raisons : Les uns parce qu’ils sont chrétiens ou Juifs, et ne veulent pas être traités de “chiens” ni être réduits en “dhimmitude”, les autres parce qu’ils sont pour une laïcité pure et dure, hostile à toutes les religions, y compris chrétienne, ou qu’ils défendent le droit à l’avortement et la fierté d’être gay. Mais fit l’unanimité et fut même l’objet d’une “standing ovation” le grand défenseur de la culture européenne, le Suisse Oskar Freysinger, l’homme de l’interdiction des minarets ! J.P.

Jésus renaît en Algérie

(Zenit 24/10/10) : 50 ans après l’ expulsion de Roumis qui en 130 ans n’avaient pas réussi à convertir un seul indigène, et malgré une loi de 2006 très restrictive qui punit de prison ou d’une amende, sous le nom de prosélytisme, toute tentative pour convertir un musulman, on voit des villages entiers, dans la zone berbère, se convertir et mener une nouvelle vie, étrange en pays musulman. Le phénomène a atteint un niveau tel que le gouvernement est incapable de s’y opposer et tente seulement de le limiter. Il sait que ce sont maintenant les Algériens qui, d’eux-mêmes, se convertissent au christianisme, sans influence extérieure de missionnaires étrangers. À Oran, il y a deux ans, on a arrêté six Algériens en train de distribuer l’Evangile. C’est nouveau. C’est dû, bien sûr, principalement à l’influence des évangéliques, moins structurés que les catholiques et qui développent des “églises domestiques”. Le gouvernement restreint les visas d’entrée pour les prêtres catholiques. On confisque à l’aéroport toute la littérature religieuse venant de France. Les catholiques en Algérie sont un peu moins de 10000. Mais l’Eglise catholique y existe en tant qu’institution officielle et sa présence ne peut être circonscrite aux seuls chiffres, compte tenu, par exemple, de l’assistance qu’elle offre aux handicapés et aux personnes âgées. Tout le travail que les musulmans ne font pas dans les hôpitaux, les religieuses le font. Dans les universités et tous les secteurs de la vie sociale - les femmes, les jeunes, la presse, la traduction, la littérature - l’Eglise est présente et cela a un formidable impact sur la société algérienne. (extrait de l’interview du journaliste Camille Eid).

C’était en 1987

 : Cette histoire vraie se passait près de Milan, en Italie : Puisque tout trépas doit être annoncé par la sonnerie de cloches appropriée et comme des avortements étaient pratiqués quotidiennement dans l’hôpital, le curé sonnait le glas matin et soir dans la paroisse voisine. Le maire communiste fit intervenir les carabiniers pour mettre fin à cet « incessant et lamentable concert ». En vain, le curé, tel Don Camillo, se barricade dans son clocher et continue d’avertir les paroissiens des meurtres qui se pratiquaient à l’hôpital. Après plusieurs tentatives infructueuses de mettre fin à l’initiative de M. le Curé, le maire décida de le traîner en justice pour « tapage sur la voie publique ». Mais le Tribunal de Milan a relaxé M. le Curé, faisant valoir que faire sonner le glas près d’un hôpital qui pratiquait des avortements ne pouvait être considéré comme un délit. Aux dernières nouvelles, le directeur avait envisagé de déménager son sinistre établissement.

« Redressez vos mains fatiguées et vos genoux fléchissants !

(He 12,12) Traversant la place Saint Sulpice, le R.P. Francis Volle (CPCR) a été un jour interpellé par une paroissienne désireuse de confier à un prêtre son désarroi devant la stérilité apparente de nos efforts. « Père, nous sommes toujours vaincus ! Dieu ne défend pas les siens ! » J’ai d’abord répondu par les considérations habituelles : « Vous savez, Madame, Dieu a tout le temps pour Lui ; s’il laisse parfois l’avant dernier mot au diable, il se réserve toujours le dernier ; il sait écrire droit même avec des lignes tordues. » Puis, levant le débat : « Le premier résultat de notre combat, et celui-là est inhérent, c’est pour Dieu de garder les élus dans la fidélité. A ce niveau, il défend toujours les siens, en les gardant siens. Vous savez bien qu’à ne pas réagir devant le mal, on finit par l’accepter pour son compte. A ne pas vivre comme l’on pense, on finit par penser comme l’on vit, c’est bien connu. De sorte que votre participation au grand combat de la vie, vous y gardez d’abord la virginité de l’esprit. C’est sans prix ! « Redressez vos mains fatiguées et vos genoux fléchissants ! He 12,12 R.P. Francis Volle

Lepante pour la vie le 7 octobre 2010

 : Le 7 octobre 2010, le projet de résolution de Christine McCafferty visant à réduire l’objection de conscience a été rejeté par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE). Ce texte, s’opposant au droit à l’objection de conscience a été remplacé par un nouveau texte d’une tout autre perspective qui "affirme, défend et promeut le droit du personnel médical à l’objection de conscience". De nombreux parlementaires, notamment italiens et irlandais, se sont opposés au rapport de Mme McCafferty, en le noyant sous une avalanche d’amendements. Les amendements adoptés par les députés réaffirment que le droit à l’objection de conscience est fermement ancré dans le droit international et la Convention européenne des droits de l’Homme. Le nouveau texte, intitulé "Le droit à l’objection de conscience dans le cadre de soins médicaux" a été adopté à 56 voix contre 51. La nouvelle résolution adoptée affirme désormais que "nul hôpital, établissement ou personne ne peut faire l’objet de pressions, être tenu responsable ou subir des discriminations d’aucune sorte pour son refus de réaliser, accueillir ou assister un avortement, une fausse couche provoquée ou une euthanasie, ou de s’y soumettre, ni pour son refus d’accomplir toute intervention visant à provoquer la mort d’un fœtus ou d’un embryon humain, quelles qu’en soient les raisons". Cette résolution s’applique tant aux individus qu’aux établissements, hôpitaux et cliniques, publiques et privés. Elle protège également le personnel médical objecteur contre les pressions et discriminations pouvant être exercées à leur égard. Trois messes d’action de grâce ont été célébrées au sanctuaire Saint Joseph du Saint Sauveur à Chantemerle-les-Blés (Drôme). Quelle belle victoire ! MERCI à Notre Dame du Très Saint Rosaire !

IN MEMORIAM

Le Colonel Robert Paillard, Madame Juliette Paillard Nous avons appris le rappel à Dieu de deux de nos chers adhérents, le Colonel Robert Paillard et son épouse Juliette. A un jour de distance, le 12 décembre et le 13 décembre, le Seigneur a permis que nos amis si unis dans la vie le soient encore pour parvenir ensemble aux portes du Royaume. Les obsèques ont eu lieu le vendredi 17 décembre à 15 heures suivie de leur inhumation au cimetière de Meursault. Nos prières les plus ferventes les accompagnent.

Nos morts chéris ne sont ni éteints ni éloignés, ni même absents, mais vivants, près de nous, heureux, transfigurés et n’ayant perdus dans ce changement glorieux ni une délicatesse de leur âme, ni une tendresse de leur cœur, ni une préférence de leur amour, ayant au contraire, dans ces profonds et doux sentiments grandi de cent coudées. R.I.P.

Voyage-pèlerinage à Einsiedeln du 16 au 22 septembre 2011

Notez dès à présent la date du voyage-pèlerinage prévu à l’occasion de la bénédiction de l’oratoire Saint Nicolas de Flüe à Einsiedeln – et inscrivez-vous auprès de la secrétaire : 04 90 20 08 70. Pour l’instant, nous n’avons recueilli que 12 inscriptions. Il faudra multiplier ce nombre par trois pour que nous puissions louer un car. Ces voyages-pèlerinages, nous vous le rappelons, sont organisés pour que nous puissions nous rassembler et prier ensemble, pour rencontrer les communautés et les familles catholiques d’Europe, pour affirmer notre indéfectible espérance en Jésus le Christ Notre Seigneur. Après la Pologne, la République Tchèque, la Roumanie, l’Allemagne et l’Italie, ce voyage en Suisse constituera notre sixième rencontre. Ne la manquez pas !

COTISATIONS ANNEE 2011

En ce début janvier, nous lançons comme chaque année un appel au versement de votre cotisation qui, bonne nouvelle, demeure inchangée : €50 : membre très actif €25 : membre €18 : famille nombreuse €10 : étudiant, membre ayant des soucis financiers €100 : membre bienfaiteur Nous remercions chaleureusement tous ceux qui ont déjà versé leur cotisation. Vous trouverez ci-joint le timbre 2011 à coller sur votre carte. A ceux qui n’ont pas encore envoyé leur cotisation, ce timbre rappellera le versement à effectuer par retour de courrier (pour ne pas oublier). C’est uniquement grâce à votre aide et à vos prières que la Route de l’Europe chrétienne avance à si grands pas ! La tournée de conférences prévue fin février dans les Ardennes Françaises, en Belgique et au Luxembourg devrait nous permettre d’y bâtir de nouveaux oratoires.

Soyez généreux, d’avance un grand MERCI.


La Route de l’Europe chrétienne - Atelier Lou Barri - 84740 Velleron / France - Tel/Fax 04 90 20 08 70
atelierloubarri@free.fr
Association Loi 1901déposée à la sous-Préfécture de Carpentras et inscrite le 20 novembre 2006 sous le N°084.3.00 4972